>

Washington accuse Pékin de ne pas jouer franc jeu 

Washington ballon espion Pékin

Crédit Photo : news.missouristate.edu

Facebook
Twitter
WhatsApp

L’affaire du ballon espion chinois continue de faire grand bruit aux États-Unis.

Alors que Pékin avait fait savoir que ce ballon qui a survolé le sol américain était destiné à récolter les données météorologiques, un haut responsable à Washington a affirmé le contraire.

Pour lui, selon les images capturées par des avions militaires américains, le ballon chinois était bien équipé d’outils d’espionnage, et non destinés à la météo.

Washington ballon espion Pékin
Crédit Photo : news.missouristate.edu

Les clichés pris par des avions espions U2 indiquent que le matériel du ballon « était clairement fait pour de l’observation à des fins d’espionnage, et ne colle pas avec un équipement de ballon-sonde météo », a déclaré ce haut responsable du département d’État américain, sous le couvert de l’anonymat.

 « Il avait de nombreuses antennes, un ensemble probablement capable de collecter et géolocaliser des communications », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Le ballon « était équipé de panneaux solaires assez larges pour fournir l’énergie nécessaire à faire fonctionner de multiples capteurs collectant du renseignement », a-t-il encore précisé.

Washington a abattu samedi 4 février au large de sa côte atlantique un ballon qui avait survolé des sites militaires sensibles et qualifié par Pékin d’aéronef « civil utilisé à des fins de recherches, principalement météorologiques ». Cet accrochage diplomatique avait mené le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken à repousser une rare visite en Chine.

Les États-Unis estiment que le ballon était contrôlé par l’armée chinoise et faisait partie d’une flotte de ballons envoyée par Pékin au-dessus de plus de 40 pays sur 5 continents, à des fins d’espionnage.

Suivez l’actualité internationale sur notre chaîne Télégram en cliquant ici.