in ,

Yemen : un double attentat fait plusieurs morts dans le camp des policiers

Totale désolation chez les policiers yéménites après le double attentat qui a fait une vingtaine de morts dans leurs rangs, le 1er aout 2019

Trois policiers ont été tués et plusieurs autres personnes blessées dans un attentat suicide à la voiture piégée, ce jeudi 1er août 2019 à Cheikh Othman, dans le centre d’Aden (capitale du gouvernement reconnu par la communauté internationale). Cette première attaque a été attribuée par les services de sécurité à des jihadistes.

Lire aussi: FUTURO III : le Togo accueille une soixantaine de participants venus de 27 pays de l’Afrique francophone

En effet, l’attaque a visé l’entrée d’un QG des forces de l’ordre, au moment où les policiers se rassemblaient pour saluer le drapeau national, ont précisé des responsables des services de sécurité. « Trois policiers ont été tués et 20 autres personnes ont été blessées », a confié à l’AFP l’un des médecins d’un hôpital chirurgical où les victimes ont été transportées.

Selon les sources de sécurité, un deuxième attentat dirigé contre une caserne de la police dans la périphérie ouest de la ville a été aussi revendiqué, mais cette fois-ci par les rebelles Houthis.

Lire aussi: FIFA : les missions assignées à Fatma Samoura dans l’exercice de sa nouvelle fonction

Les deux attaques ont pris pour cible les forces dites de la “Ceinture de sécurité”. Il s’agit des policiers entraînés et équipés par les Émirats arabes unis, l’un des piliers de la coalition militaire menée par l’Arabie Saoudite qui intervient depuis 2015 au Yémen contre les rebelles Houthis.

Il convient de préciser que parmi les victimes de la 2e attaque, se trouve un haut gradé de l’armée, le général Mounir al-Yafyi. Ce dernier, d’après les sources de sécurité qui ont évoqué des dizaines de morts et de blessés figure parmi les personnes tuées. Ces attaques interviennent après une période de calme relatif à Aden où le dernier attentat suicide a été commis le 24 juillet.

Lire aussi: Les pays membres de l’Autorité du Bassin de la Volta à Lomé pour le renforcement de leur coopération

Rappelons que depuis ces dernières années, Al-Qaïda et le groupe Etat islamique ont renforcé leur implantation dans le sud du Yémen, grâce au conflit qui oppose depuis 2014 les Houthis aux forces pros gouvernementales et où ils ont eu à revendiquer déjà des dizaines d’attentats.



Ad Carte Fidelyo

Sénégal : la mendicité, l’autre business des enfants à Dakar

RDC : 65 ministres pour le premier Gouvernement de Félix Tshisekedi ?