Figure populaire de la lutte anti Franc CFA, le Togolais Kako Nubukpo, économiste de son état, dans un entretien sur la Radio France Internationale (RFI) ce samedi, est revenu sur son limogeage de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

En effet, interrogé sur son départ de l’OIF, le Prof Kako Nubukpo a tenu à insister sur le fait que deux présidents à savoir, Alassane Ouattara et Emmanuel Macron étaient ceux qui avaient pesé de tout leur poids pour qu’il soit limogé. Et pour lui, ses prises de position sur le Franc CFA sont à la base de sa situation.

Lire aussi Togo : visite surprise du Président Faure E. Gnassingbé à l’Université de Kara ce jeudi

Le Togolais est devenu depuis quelques années l’une des figures les plus connues de la lutte pour une alternative du Franc CFA. Monnaie que lui et ses pairs trouvent peut recommandable pour nos économies. Il a d’ailleurs été porté à la tête dune commission de réflexion pour une alternative au Franc CFA en février dernier à Bamako.

Lire aussi : Togo : dernier virage avant le lancement officiel du Plan National de Développement (PND)

Lors de son entretien, l’homme a reconnu tacitement que ses prises de position au sein de l’organisation internationale lui ont causé des ennuis. « Les organismes internationaux ont des règles qui sont très strictes. Ma mission était Comment faire en sorte que les économies francophones puissent atteindre les objectifs de développement durable et pour moi, il était évident que la question des politiques publiques était cruciale. Qui dit politique publique dit politique monétaire. »

Avant de renchérir en disant que le président ivoirien Alassane Ouattara avait réussi à avoir sa tête en septembre 2017. Car ce dernier n’appréciant pas ses analyses sur le Franc CFA.