Tanko Timati

Acquitté le 15 janvier 2019, l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo a été libéré sous conditions suite à un appel interjeté par la procureure Fatou Bensouda contre la décision des juges de la chambre de première instance.

Depuis, début février, l’ex chef d’Etat ivoirien, réside en Belgique conformément à la décision du juge de la chambre d’appel de la Cour Pénale Internationale (CPI).

Laurent Gbagbo, protestation, Ivoirien, CPI,
Les cadres

Selon des informations de nos confrères ivoiriens, trois cadres issus de la plateforme, Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS), auraient déposé lundi au siège de l’Union européenne à Bruxelles, une motion de protestation contre l’appel de la procureure de la CPI, ayant entrainé à la libération sous conditions de l’accusé. Il s’agit de, Pascal Logbo (NPR), Christian Vabé (Rpci-Ac), Boga Sako (Fidhop).

Lire aussi : Togo-Fonction publique : ouverture d’un concours de recrutement de 1552 agents

Au nombre de ses conditions il y a l’obligation de résider dans un État membre de la CPI, en attendant un éventuel procès en appel.

Ces derniers auraient rencontré Blé Goudé, bras droit de Laurent Gbagbo, qui a aussi été libéré en début février, à son hôtel pour lui rendre compte de leur mission diplomatique, précise la source.

Reste désormais à savoir si cette motion de protestation changera la donne pour la suite de la procédure judiciaire dans l’affaire Laurent Gbagbo et Blé Goudé contre la procureure de la CPI.