in ,

AC Milan : quand Ibrahimovic traite les jeunes et les vieux de la même manière…

C’est un colosse à l’épreuve du temps.

De retour à l’AC Milan la saison dernière, Zlatan Ibrahimovic a rapidement effacé les doutes pesant sur le rendement au plus haut niveau d’un joueur âgé aujourd’hui de 39 ans.

Auteur de 10 buts en Serie A en 2019/2020, le Suédois a déjà égalé sa performance cette saison après seulement 6 rencontres. Des performances de choix qui ont permis aux Rossoneri de retrouver le sommet du championnat italien.

A l’occasion d’une interview accordée à l’UEFA, et relayée sur le site officiel du club lombard, Ibra a dévoilé le secret de sa motivation éternelle.



« Tout est une question de défis dans la vie. J’ai senti que j’en avais fait assez. Et je suis arrivé à un moment où je me suis demandé si je devais continuer à jouer ou non. Pour moi, c’était un grand défi de revenir ici pour tenter d’aider à changer les mentalités, la situation. Et pour aider mes coéquipiers à comprendre ce qu’est le Milan, le Milan que je connais et que tout le monde connaît. Quand je joue, j’apporte mon caractère, ma personnalité et bien évidemment mes qualités. Je mets beaucoup de pression sur mes coéquipiers. J’essaye qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. Certains le prennent bien, d’autres moins et certains ne réagissent pas. Ils trouvent ça difficile parce qu’ils jouent à leur meilleur niveau seulement quand c’est nécessaire. Mais moi, j’ai décidé qu’on devait être performant tous les jours. Que vous soyez jeune ou vieux, je mets la même pression sur vous parce que si vous êtes là, c’est pour une raison : c’est que vous êtes bon. En dehors du terrain, je parle différent aux jeunes, mon comportement est différent par rapport à celui que j’ai avec les plus anciens. Mais sur le terrain, ils sont tous traités de la même façon. Je ne suis jamais satisfait, j’en veux toujours plus. C’est pour ça que je suis là aujourd’hui : je suis encore capable de performer et de faire ce que je fais. Je ne vois pas beaucoup de joueurs ayant fait ou faisant ce que je fais. Je me considère comme Benjamin Button, chaque jour je rajeunis. Tant que je le pourrai, je jouerai, je vous le promets. Le jour où je ne suis plus performant, je ne jouerai plus. J’ai besoin de me sentir vivant ». Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Ibra est bel et bien vivant cette saison !

Avec Foot Mercato




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

LdC : Nübel, le successeur déclaré de Neuer, au révélateur Atlético

Johnny Hallyday : une de ses chansons traitée d’« horreur »