Allemagne / Mesures sanitaires : Angela Merkel fait son mea culpa

Dans la nuit de lundi 22 mars à mardi 23 mars 2021, les autorités allemandes avaient décidé de prolonger les mesures de confinement jusqu’au 18 avril prochain dans le pays. Il est principalement demandé aux populations de rester chez elles du 1er au 5 avril, avec la fermeture de tous les commerces, et lieux de culte.

Cette mesure selon les autorités devrait permettre de réduire l’expansion d’une troisième vague de la pandémie de coronavirus. Cependant, les autorités ont fini par revenir sur la décision à cause de la polémique qu’elle a suscitée.

« L’idée d’un confinement à Pâques a été créée avec les meilleures intentions », a déclaré la chancelière à l’issue d’une réunion de crise avec les seize États régions, ajoutant que la mesure avait été précipitée et ne pouvait pas être mise en place dans un délai aussi court. « Cette erreur n’est que la mienne, » a déclaré Angela Merkel, en demandant pardon à ses concitoyens pour cette mesure qui les a tous mis en colère.

Des vagues de critiques

L’idée initiale de confinement à Pâques avait suscité des vagues de critiques qui ont émergé de toutes parts. Pour les spécialistes de la santé et les scientifiques, la mesure était insuffisante. De même, des associations de commerçants ont pointé du doigt les conséquences économiques du projet, alors que pour les chrétiens, il s’agit d’un véritable chemin de croix qui n’aboutit pas à Pâques. Même au sein du gouvernement la mesure avait été critiquée.

Le ministre de l’Intérieur, le conservateur bavarois Horst Seehofer, s’était dit être « étonné que, de tous les partis, ceux dont le nom comporte un C (pour chrétien) suggèrent que les églises s’abstiennent de célébrer des offices, en particulier à Pâques ». Toutefois, plusieurs députés à l’Assemblée y compris ceux de l’opposition ont salué ce revirement rapide de la chancelière.

Avec lanouvelletribune.info


Phone Promo TG

Performances Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
Côte d’Ivoire / Université Félix Houphouët-Boigny : les étudiants se lancent dans les protestations ; la raison