Appelés pour une piqûre, des pompiers doivent affronter 40.000 abeilles tueuses

Pompiers et policiers ont été alertés le jeudi 20 février dernier, pour une piqûre d’abeille se sont rapidement retrouvés débordés.

« Quelque chose les a énervées, une certaine activité, du bruit, des vibrations… Il est difficile de dire quoi », a déclaré à KTLA Dave Williams, de l’Association des apiculteurs de Los Angeles, aux Etats-Unis.

Une quarantaine de voitures brûlées à Limoges durant la nuit de la Saint-Sylvestre

Ils se sont servis de la fumée pour calmer les abeilles, puis de la mousse extinctrice pour les tuer.

« Nous n’aimons pas tuer les abeilles, nous sommes des apiculteurs. Mais dans une situation comme celle-ci, où la sécurité publique est une préoccupation, nous devons prendre soin du public », a ajouté Dave Williams.

Suite à l’assaut, deux pompiers, un policier et deux civils se sont retrouvés à l’hôpital, victimes des piqûres des insectes.

L’essaim était constitué de près de 40.000 abeilles africanisées (un croisement entre les abeilles africaines et européennes), installées sous l’avant-toit d’un hôtel de Pasadena, en Californie.

Royaume-Uni : découverte d’une quarantaine de corps avec les mains liées dans le dos (Photos)

« On a des pompiers qui font ce travail depuis de très nombreuses années, et c’est de très loin le plus grand nombre d’abeilles qu’ils ont vu au même endroit », a déclaré à Los Angeles Times le porte-parole du service d’incendie de Pasadena, Lisa Derderian.

Introduites en Amérique du Sud dans les années 1950, ces abeilles tueuses ont l’habitude de défendre agressivement leurs nids.

Plus d'articles
Liga: le Barça dément les infos de la presse espagnole au sujet de la blessure d’Umtiti