En attente de la procédure suite à l’appel émis par la procureure Fatou Bensouda, après son acquittement en février dernier, Charles Blé Goudé, n’a pas encore fini avec ses ennuis judiciaires.

L’ancien leader des jeunes patriotes est poursuivi par Abidjan pour des faits commis lors de la crise post-électorale de 2010-2011.



A Paris, Félix Tshisekedi sollicite le soutien d’Emmanuel Macron

Lors d’une sortie devant la presse, le procureur général d’Abidjan Léonard Lebry, a précisé que l’ex ministre de Laurent Gbagbo, est  poursuivi pour les faits différents et pas pour ceux dont il a été acquitté par la CPI.

Son conseil par la voix de Me N’Dry Claver, dans un entretien réfute cette thèse et soutient que son client est bel et bien poursuivi pour les mêmes faits.

« Qu’appelle-t-on faits différents lorsque le procureur dit que les faits poursuivis à la CPI sont des faits différents de ceux qui poursuivis par les juridictions ivoiriennes ? » Interroge l’avocat avant d’expliquer.

Togo : une nouvelle église fermée par la Direction des cultes

« Je ne sais pas si nous avons exactement le même dossier. Sous le bénéfice de la différence de dossier, je peux l’accepter, mais si c’est le même dossier je suis fort étonné qu’on puisse dire devant la face des Ivoiriens qu’il ne s’agit pas des mêmes faits (…) Il est bel et bien poursuivi en Côte d’Ivoire pour les mêmes faits pour lesquels il est poursuivi à la CPI. Je le dis par rapport au dossier que j’ai compulsé. L’ordonnance du juge d’instruction reprend exactement à quelques mots prêts les mêmes faits qui sont reprochés à Blé Goudé à la CPI », révèle Me N’Dry et de poursuivre.

« Nous avons plaidé devant la chambre d’accusation à l’époque, exactement le 21 mars 2014 pour que la justice ivoirienne juge M. Charles Blé Goudé, ils ont préféré l’envoyer devant la CPI. A l’époque, tout le monde disait : « il est préférable que M. Blé Goudé aille à la cour pénale internationale parce que si nous le jugeons, les gens vont dire que nous manquons d’impartialité. A La Cour pénale internationale, on ne dira pas qu’elle est une juridiction sous le contrôle d’un président, d’un ministre (…) Ce n’est pas vrai de dire aux Ivoiriens que les faits pour lesquels M. Charles Blé Goudé est poursuivi sont différents. Dans le dossier que nous avons, c’est exactement les mêmes faits. L’ordonnance qui a retenu l’infraction contre M. Charles Blé Goudé, nous l’avons en tant qu’avocats. Nous connaissons exactement la liste des témoins. Donc on ne peut pas changer les choses. Nous avons compulsé le dossier, la seule chose que nous avons demandée, c’est qu’on nous laisse le temps, je ne sais pas pourquoi on était pressé ».

Avec Koaci