L’ancien président américain Barack Obama a critiqué la culture du “call-out” dans un discours prononcé mardi lors d’un sommet de la Fondation Obama.

Cette tendance consiste à montrer du doigt les personnes que l’on juge “problématiques” sur les réseaux sociaux, notamment au sujet des injustices qui touchent les minorités. Il a ainsi affirmé qu’il était évidemment plus difficile de parvenir à un véritable changement que de sans cesse juger autrui.



Top 20 des africains francophones les plus riches : Patrice Talon et Sébastien Ajavon au coude-à-coude

“Cette idée de la pureté, de ne jamais faire de compromis et qu’on devrait être toujours politiquement éveillé etc., on devrait rapidement s’en passer”, a déclaré Barack Obama à son public à Chicago.

Il a ajouté : “J’ai parfois l’impression, chez certains jeunes, et ça s’est accéléré avec les réseaux sociaux, qu’être critique à l’égard des autres est la façon dont chacun créé le changement, et ça suffit. Par exemple, si je poste un tweet ou créé un hashtag sur ce que quelqu’un a fait de mal, (…) je vais être plutôt content de moi et me dire : ‘Mon gars, tu as vu à quel point je suis éclairé (‘woke’ en anglais, l’un des noms donnés à cette tendance, ndlr) ? Je t’ai montré du doigt’.”

Voici comment Shatta Bandle, le prétendu plus riche que Dangote fait sa cuisine (vidéo)

“Le monde est compliqué”, a déclaré le 44e président des États-Unis. “Il est plein d’ambiguïtés. Les gens qui font de bonnes choses ont des défauts. Les gens que vous combattez peuvent aimer leurs enfants et, vous savez, partager certaines choses avec vous.”

“Ce n’est pas vraiment de l’activisme. Ce n’est pas comme ça qu’on fait changer les choses. Si vous ne faites que jeter la pierre, vous n’irez sûrement pas très loin.”

 

Avec Business Insider