Bénin : mauvaise nouvelle pour l’opposante Reckya Madougou

Avant la fin de l’instruction de son dossier à la CRIET, aucune remise en liberté provisoire pour Reckya Madougou. C’est ce qu’il convient de retenir d’une ordonnance notifiée aux avocats de l’opposante ce 16 juillet 2021 par la présidente de la Chambre des libertés et de la détention de la CRIET, Edibayo Joanna Dassoundo.

Selon les informations rapportées par Matin Libre, la magistrate a justifié la décision par le fait qu’il apparaît que dans l’état actuel de la procédure, Reckya Madougou et ses co-accusés n’ont été interrogés chacun au fond qu’une seule fois.

Mme Edibayo Joanna Dassoundo explique également dans son ordonnance que les avis de la commission d’instruction et du ministère public sont défavorables en ce qui concerne la libération de Mme Madougou.

« Dès lors, et au regard des différentes déclarations et des faits à eux reprochés, il est impérieux de procéder à d’autres actes d’instruction notamment d’autres interrogatoires et surtout des confrontations. Des actes possibles qu’en maintenant Reckya Madougou à la disposition de la justice », détaille l’ordonnance rapportée par le même média.

La décision de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme intervient quelques jours après la demande introduite par les avocats de l’opposante auprès du procureur spécial Mario Metonou. Son avocat français, Mario Stasi a dénoncé une détention arbitraire et des conditions dégradantes à la prison civile de Misserété.

Opposante au régime du président Patrice Talon, Reckya Madougou est poursuivie pour des faits présumés de financement de terrorisme.

Avec Banouto

Plus d'articles
En Indonésie, la police utilise un animal venimeux pour obtenir des aveux