Bénin / Présidentielle : les recours des candidats disqualifiés, rejetés par la Cour constitutionnelle

« Aucune preuve n’est apportée pour soutenir un manque d’indépendance des parrains », selon les sages. Et la Cour d’ajouter que ses décisions prévalent sur celles de juridictions qui s’appuient sur les traités internationaux. Enfin, elle a déclaré « avoir reconnu la conformité des lois électorales modifiées par les réformes politiques Talon ».

En tout, il s’agissait d’une dizaine de recours déposés devant les sages dont celui de Rekia Madougou, la candidate du principal parti d’opposition, Les Démocrates. Mais à la fin, aucun des candidats recalés dans le parcours pour le fauteuil présidentiel n’a été repêché.

Pourtant, la plaidoirie de leurs Conseils visant l’annulation de la liste provisoire, a expliqué que la Constitution béninoise ainsi que la Charte africaine des droits de l’homme garantissent le droit à tout citoyen béninois de se constituer candidat.

De plus, les avocats ont accusé le Chef de l’Etat d’avoir fait mains mises sur les parrainages. Pour cause, Patrice Talon, candidat à sa propre succession, en a réuni 118 sur 159, des résultats confirmés par son ministre porte-parole.

Dans l’attente des premières sorties des requérants, leurs proches affirment qu’ils ne prévoyaient aucun miracle. « Tout était ficelé », déplore un supporter du parti Les Démocrates.

Ainsi, le Bénin se dirige une nouvelle fois vers une présidentielle sans antagoniste d’envergure face au président sortant. Une troisième fois, après les municipales et les législatives de 2019.

L’affiche publiée par la Commission électorale nationale autonome (Céna) est donc à trois tickets. L’opposant Joël Aïvo a demandé une loi dérogatoire pour mettre fin aux parrainages. Cela dit, le temps n’est pas son allié. La Cour constitutionnelle publiera la liste définitive des candidats le lundi au plus tard.

 

Avec RFI

Platinium Card BAT

Phone Promo TG

Golden Tulip Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
Google Messages : certains smartphones pourraient bientôt être privés de l’application