Si les lundis matins sont souvent accompagnés d’une légère baisse de moral, ce lundi 20 janvier, appelé «Blue Monday», serait considéré comme le jour le plus déprimant de l’année. Explications avec le site Cnews.


C’est en 2005 que Cliff Arnall, un psychologue britannique à l’université de Cardiff, a popularisé ce «lundi du blues», en se basant sur une opération «mathématique» plutôt farfelue.

« J’aurais pu être au niveau de Messi ou Cristiano, je le sais mais je n’ai pas voulu »

Il suffirait de faire une équation entre les températures (forcément très basses en début d’année), son niveau d’endettement, son salaire mensuel, son niveau de motivation et le temps écoulé depuis l’échec de nos bonnes résolutions. Un calcul bien évidemment très subjectif, qui n’a pourtant pas empêché à Cliff Arnall d’implanter le «Blue Monday» dans l’inconscient collectif.

Mort du général Soleimani : l’étrange tweet de la présidence du Mali qui parle de connerie de Trump

Une opération orchestrée par une agence de voyages 

Et si tout cela n’était en réalité qu’une grande supercherie ? L’agence de voyage britannique Sky Travel aurait en effet orchestré une vaste opération marketing en sollicitant le psychologue pour faire la promotion de cette idée – qui n’a aucune valeur scientifique- contre rémunération. Le but ? Inciter les potentiels clients à réserver des vacances bien méritées.

Selon un sondage réalisé par l’agence Qapa, 68% des Français savaient ce qu’était le «Blue Monday» en 2019 contre 23% en 2018, tandis que 41% des personnes interrogées se disent plus déprimées pendant cette journée.