Dans un rapport de 71 pages rendu public ce vendredi, un comité regroupant les autorités mondiales de l’aviation civile, baptisé Joint Authorities Technical Review (JATR), dénonce le manque de moyens de l’Administration fédérale de l’aviation américaine (FAA) pour homologuer le Boeing 737 MAX.

FC Nantes : bientôt une rue Emiliano Sala ?



Les experts de la JATR pointent notamment « un nombre insuffisant de spécialistes de la FAA » chargés d’évaluer la conception du 737 MAX, « une expérience et une connaissance limitées des aspects techniques clés du programme 737 MAX » et une connaissance insuffisante du système anti-décrochage MCAS (mis en cause dans les accidents des compagnies Lion Air et Ethiopian Airlines qui ont entraîné la mort de 346 personnes). En outre, les interactions du MCAS avec les pilotes n’ont pas été assez évaluées, ce qui a été d’autant plus préjudiciable que la FAA n’était elle-même pas pleinement informée des modifications du MCAS survenues en cours de développement de l’avion. En septembre, le Conseil national de la sécurité des transports (NTSB), qui régule les transports américains, avait déjà montré du doigt ces manquements de la FAA.

« Bien que les problèmes d’interaction homme-machine soient au coeur de tous les accidents récents d’avions et soient impliqués dans les deux accidents 737 MAX, la FAA compte très peu d’experts en facteurs humains (…) parmi son personnel de certification« , constatent les experts de la JART qui ont identifié « plusieurs problèmes liés aux facteurs humains dans le processus de certification » du 737 MAX. Bref, la FAA n’a donc pas été en mesure d’évaluer correctement les besoins en formation des pilotes sur l’avion de Boeing.

Les ultras-riches manquent de pilote pour leurs jets privés

Réagissant à ce rapport, le nouveau patron de la FAA, Steve Dickson, s’est engagé à « examiner chaque recommandation et à prendre les mesures appropriées » pour renforcer la sécurité aérienne dans le monde.

Avec Air Journal