in ,

Brigitte Macron : cette photo qui lui porte préjudice

Depuis son arrivée à l’Elysée, Brigitte Macron est, hélas, habituée aux critiques. Mais cette fois, ce n’est pas son âge, ni l’une de ses tenues, qui ont posé problème, mais son attitude, jugée “méprisante” par un internaute. Dans un message relayé par le Monde le mercredi 21 octobre, le principal intéressé a reproché à la Première dame de ne pas respecter le port du masque, photo à l’appui. Sur le cliché partagé sur la Toile, l’épouse d’Emmanuel Macron se présente le visage à l’air libre, tandis que les personnes présentes autour d’elle sont masquées. Un comportement inacceptable pour cet internaute, qui a poussé un coup de gueule sur Facebook.

« Regardez bien cette photo, elle illustre le mépris, la soumission, l’arrogance, l’humiliation de la France et des Français. Par son comportement du non-port du masque, elle démontre que le (l’inventeCovid) est pour les autres. N’attendez rien d’honnête d’une courtisane, accoutumée à tirer profit de sa perversité », a-t-il écrit, dans un message pour le moins virulent, visant Brigitte Macron.

Si cette photo est authentique, elle est en revanche datée de plusieurs mois. A l’époque où ce cliché a été pris par Stéphane Lemouton, soit le 13 juillet dernier, le port du masque n’était pas encore obligatoire.

Comme l’a souligné le Monde, la généralisation du port du masque n’était alors “qu’une simple idée” à ce moment précis. Le 12 juillet, 14 médecins ont recommandé l’usage du masque dans les lieux publics clos. Dans son allocution du 14 Juillet, Emmanuel Macron a fait savoir qu’il souhaitait que cette règle soit adoptée. Le 20 juillet, elle est entrée en vigueur dans les espaces publics clos. Mais c’est bel et bien le 28 août, et pas avant, que le port du masque a été rendu obligatoire dans l’ensemble de l’espace public, à Paris et en petite couronne. Le 13 juillet dernier, lors du discours aux armées d’Emmanuel Macron à l’hôtel de Brienne, Brigitte Macron n’était donc pas au-dessus des lois, comme certains l’ont laissé entendre.




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Algérie : méfiance autour du prochain référendum constitutionnel

Etats-Unis : sanction d’entités iraniennes pour ingérence dans l’élection américaine