in ,

Burkina-Faso : le dialogue avec les groupes armés, une nécessité selon le CICR

« On entretient des dialogues (avec les groupes armés) non pas pour faire plaisir ni pour conférer quelques légitimités que ce soit à des groupes armés ou à un gouvernement. On fait cela par nécessité, pour un besoin humanitaire », a déclaré Peter Maurer, président du Comité international de La Croix-Rouge (CICR) lors d’une conférence de presse, ce lundi 14 septembre.

En conséquence, un article paru le 4 août dernier sur le site de l’hebdomadaire français ‘Valeurs actuelles’, reprochait au CICR de pactiser avec les groupes armés djihadistes au Burkina Faso.

Etats-Unis : des ablations d’utérus pratiquées de force sur des migrantes latino-américaines

« Nous ne pactisons pas avec eux contrairement à ce qui est sous-entendu dans l’article. Nous essayons de prendre langue avec les groupes armés non-étatiques parce que nous voulons apporter de l’assistance humanitaire à ces personnes qui sont dans le besoin », a soutenu le chef de la délégation du CICR au Burkina Faso, Laurent Saugy.

Au Burkina Faso, l‘intensification des violences entrave l’accès aux services essentiels, notamment aux soins de santé, 14 % des établissements sanitaires ayant été fermés ou ne fonctionnant que partiellement, selon le CICR.

Burkina Faso/ Catastrophes naturelles : plus de 71.000 personnes sinistrées en 6 mois

Les violences djihadistes ont fait plus de 1100 morts et contraint plus d’un million de personnes à fuir leurs foyers.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Chris Evans a trouvé le moyen de rire de son erreur de “dick pic”

Expulsé de la fête, il fonce en voiture sur les invités