La France est devenue minoritaire dans la francophonie. En tête depuis toujours, Paris vient de passer en deuxième place des villes où l’on s’exprime le plus en langue française.

Le franc CFA, une “servitude” pour le continent, dénonce l’économiste togolais Kako Nubukpo



En première place on s’attend tous à Bruxelles ou Montréal, mais non, c’est la ville de Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo qui détrône la capitale française. Derrière Kinshasa et Paris, on retrouve les villes de Abidjan (Côte d’Ivoire), Montréal (Canada) et Casablanca (Maroc).

Le franc CFA, une “servitude” pour le continent, dénonce l’économiste togolais Kako Nubukpo

Cette première position de Kinshasa s’explique par une population plus importante dans la ville congolaise. Un rapport des Villes du Monde publié en 2016 révèle en effet que la capitale de la République Démocratique du Congo est peuplée de 12,1 millions d’habitants, tandis que l’agglomération parisienne ne regroupe « que » 11 millions de personnes.

Après Jumia, l’Alibaba africain, Fatoumata Bâ investit dans les jeunes pousses du continent

Ce fait majeur dans l’histoire de la langue française – qui est pourtant passé inaperçu ses dernières années – révèle le développement toujours plus important de la langue de Molière en Afrique. Les locuteurs français sont ainsi de plus en plus présents sur le continent africain et offrent à la langue une diversité et une richesse linguistique toujours plus importantes. D’après l’Express, 70% des francophones seront en Afrique dans les décennies à venir, contre seulement 20% seront sur le continent européen.

 

Avec vivreparis.fr