in ,

Chloroquine : un patient traité à Rabat déclaré négatif au Covid-19 au 6e jour

La réplique des autorités sanitaires marocaines ne se fait pas trop attendre. Elle résonne comme une réponse à la bévue du chef de gouvernement. Dans une mise au point adressée aux médias, le département de Khalid Aït Taleb demande aux citoyens de rester vigilants par rapport aux informations qui circulent sur l’efficacité de la chloroquine pour traiter les individus contaminés par le Covid-19.

Coronavirus : l’Afrique du Sud ordonne le confinement, le Sénégal et la Côte d’Ivoire proclament l’état d’urgence

«Ce traitement est toujours en phase de test dans de nombreux pays », note un communiqué du ministère qui précise que les responsables suivent de près les recherches en cours et qu’en cas de résultats positifs, l’utilisation de ce traitement devra être appliquée selon un protocole médical spécifique par un comité scientifique national.Après quoi, ledit traitement sera administré aux personnes qui sont en cours de traitement dans les hôpitaux. Et au vu des nombreux effets secondaires du médicament en question, amplifiés par l’usage sauvage et l’automédication, le ministère déconseille fortement aux citoyens d’acheter des médicaments sans recommandation de médecin pour les conserver chez eux, et ce dans le but de préserver la santé publique. Ensuite, les événements se précipitent.

Au lendemain même de cette mise au point, Radio France Internationale (RFI) révèle que le Maroc s’était porté acquéreur de l’ensemble des stocks de Nivaquine et de Plaquenil produits au Maroc par le laboratoire français Sanofi, et évoque un total de plusieurs millions de doses.

Le 23 mars, les autorités sanitaires du pays font fi des précautions d’usage en la matière et proclament officiellement leur décision de mettre en oeuvre un protocole de traitement des malades du Covid-19 à base d’Hydroxychloroquine. Au-delà du scepticisme qu’une telle précipitation puisse légitimement engendrer dans certains milieux scientifiques, les marocains confinés aux fins fonds de leurs maisons sont partagés entre la joie de voir le pays se doter d’un protocole de traitement médical appuyé par de généreux stocks et la crainte des éventuels effets à long terme de cette même médication.

La Pologne interdit à l’aide russe se dirigeant vers l’Italie, de passer par son espace aérien

Mais la question qui revient le plus est celle de savoir quel est le degré de ce péril en la demeure qui a poussé les autorités sanitaires, d’habitude assez prudentes, à prendre une décision aussi lourde de conséquences, en si peu de temps ?

Une information confidentielle qui a filtré de l’hôpital militaire de Rabat et à laquelle l’Opinion a eu accès, révèle que le premier patient traité dans cette unité par le Plaquenil et l’Azithromycine, a été déclaré négatif au Covid-19 à partir du sixième jour de traitement. Ce qui incite à l’optimisme, tout en confortant le choix des autorités sanitaires marocaines d’opter pour la Chloroquine.

Avec L’Opinion



0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaire

Non-respect du confinement : le procureur de Paris veut des travaux d’intérêt général à l’hôpital

Coronavirus : pourquoi les sprays nasaux sont déconseillés ?