in

Coronavirus : ce nouvel outil est destiné à minimiser le risque de contagion (vidéo)

Alors que le coronavirus sévit dans le monde, touchant déjà plus de 114 000 personnes, certains tentent d’inventer des moyens pour éviter la contamination par cette épidémie virale. Ainsi, 3 Américains ont créé un site qui est censé aider à limiter le risque de contagion.


Publicité L-FRII


L’OMS n’exclut pas une pandémie de coronavirus

Il s’agit d’un outil « Do not touch your face » en français « ne pas toucher son visage », qui apprend aux utilisateurs à éviter de toucher leur visage grâce à la webcam. Sur ce nouveau site, une notice montre comment fonctionne leur système. Tout repose sur un algorithme d’apprentissage automatique qu’il faut d’abord configurer à l’aide d’une webcam.

Tout d’abord, le site demande à l’utilisateur de faire une courte vidéo au cours de laquelle il ne touche son visage à aucun moment. Puis une autre vidéo où il doit toucher son visage.

Après avoir réalisé ces étapes, le logiciel sera capable de faire la différence entre les 2 situations et d’avertir l’utilisateur lorsqu’il porte les mains à son visage. Lorsque cela arrive, l’écran jaune devient rouge et un message audio retentit : « No ! ».

Iran : 7 personnes décèdent après avoir pris un « remède contre le coronavirus »

Selon CNews, cette idée leur est venue après avoir entendu les recommandations officielles pour limiter la propagation du coronavirus.

À ceux qui ont peur de donner l’accès à leur webcam, les créateurs de ce système assurent que « l’ensemble de ce site s’exécute localement ». Ce qui signifie que le processus s’effectue exclusivement sur l’ordinateur de l’utilisateur et que ses informations ne sont « jamais envoyées sur Internet ».

En outre, les 3 américains ont précisé sur leur site que cette nouvelle fonction ne protégeait pas du coronavirus avec certitude, mais qu’elle « pourrait aider » à limiter le risque de contagion.

À Paris, Amen Sodjedo représente le Togo au concours d’éloquence “A mots ouverts” 2020

Koffi Olomide revient au Kenya 4 ans après son expulsion