Coronavirus : le Covid-19 serait d’origine naturelle, selon l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé a réitéré vendredi que le nouveau coronavirus était d’origine naturelle après que le président américain Donald Trump a affirmé avoir vu des preuves qu’il provenait d’un laboratoire chinois.

Les scientifiques pensent que le virus tueur est passé des animaux aux humains, émergeant en Chine à la fin de l’année dernière, peut-être à partir d’un marché de Wuhan vendant des animaux exotiques pour leur viande.

Trump a affirmé jeudi qu’il avait vu la preuve que l’Institut de virologie de Wuhan était en fait la source de l’épidémie, bien qu’il ait refusé de donner des détails.

Interrogé sur la déclaration de M. Trump lors d’une conférence de presse virtuelle, le responsable des urgences de l’OMS, Michael Ryan, a souligné que l’agence sanitaire des Nations unies avait “écouté encore et encore de nombreux scientifiques qui ont examiné les séquences” du virus.

“Nous sommes assurés que ce virus est d’origine naturelle”, a-t-il déclaré, réitérant une position que l’agence des Nations Unies a déjà exprimée.

L’OMS a déclaré plus tôt vendredi qu’elle souhaitait être invitée à participer aux enquêtes chinoises sur les origines animales de la pandémie, qui en quelques mois a tué plus de 230 000 personnes dans le monde.

“Ce qui est important, c’est que nous établissions quel est l’hôte naturel de ce virus”, a déclaré M. Ryan, soulignant la nécessité de comprendre “comment la barrière entre les espèces animale et humaine a été franchie”.

“Et l’objectif de cette compréhension est que nous puissions mettre en place les mesures de prévention et de santé publique nécessaires pour éviter que cela ne se reproduise n’importe où”, a-t-il dit.

Le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a continué vendredi à repousser les critiques adressées à son organisation, notamment par Trump, qui a suspendu le financement de Washington après avoir accusé l’agence des Nations unies de minimiser la gravité de l’épidémie et de se prosterner devant la Chine.

M. Tedros a déclaré que l’OMS avait donné le plus haut niveau d’alerte en déclarant que l’épidémie de COVID-19 constituait une “urgence de santé publique de portée internationale” le 30 janvier, alors qu’il n’y a eu aucun décès et que seulement 82 cas ont été enregistrés en dehors de la Chine.

“Nous n’avons pas perdu de temps”, a-t-il déclaré lors de la réunion d’information de vendredi. “Le monde a eu assez de temps pour intervenir”.

Ses commentaires ont été faits après que le comité d’urgence de l’OMS se soit réuni pour la première fois depuis sa déclaration il y a trois mois.

“Bien sûr, la pandémie reste une urgence de santé publique de portée internationale”, a déclaré M. Tedros après avoir reçu les recommandations du comité, composé de 19 experts indépendants.

Tout en maintenant le niveau d’alerte mondial, les experts ont fait une série de recommandations générales sur la manière dont l’OMS et les pays devraient adapter leur réponse à la pandémie.

Ils ont notamment appelé à une large coopération pour “identifier la source du virus et la voie d’introduction dans la population humaine”.

Il a également demandé à l’OMS de “mettre à jour les recommandations sur les mesures de voyage appropriées” liées à l’épidémie, et de considérer “l’équilibre entre les avantages et les conséquences involontaires”, comme les difficultés de transport de l’aide humanitaire lorsque tant de vols sont cloués au sol.

Similaires