Coronavirus: un bienfait pour les animaux sauvages en Chine

Les chauves-souris constitueraient la source principale  du Coronavirus selon l’Organisation mondiale de la santé. Mais le virus aurait pu migrer vers d’autres animaux ce qui a permis la contamination vers l’homme.

Le coronavirus a-t-il été prédit par Les Simpson ? (Vidéo)

En Chine, les animaux sauvages sont très prisés. À Wuhan, il existe un marché entièrement dédié à leur commercialisation. On pouvait y trouver  des serpents, des ratons laveurs et des porcs-épics, vendus soit comme nourriture soit comme médicament. Le goût du sauvage était prisé dans les restaurants chinois pour ses vertus thérapeutiques contre les  diverses affections, comme l’impuissance sexuelle, l’arthrite et la goutte.
Depuis l’apparition du Coronavirus, les autorités chinoises ont interdit temporairement le commerce d’animaux sauvages afin de lutter contre la propagation du virus.

 

Coronavirus : sur Google, les recherches liées au “virus de la bière” explosent

Une joie pour les organisations de protection de la faune et de la flore. Ils tiraient  la sonnette d’alarme sur l’extinction de certains animaux depuis des années tels que le Pangolin qui a quasiment disparu du pays. 
Lors de l’apparition de la grippe aviaire, les organismes sanitaires avaient aussi attiré l’attention sur la transmission du virus par les oiseaux sauvages. Sa survenue avait permis de les préserver.

Espérons que ce cas de coronavirus permettra de préserver la faune sauvage si riche de la Chine.

Plus d'articles
Verdict exemplaire : un homme de 35 ans condamné à 615 ans de prison…voici son crime