Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara bientôt au bord du rouleau ?

Deux organisations de la société civile, qui militent dans le domaine de la défense des droits de l’homme, vont bientôt engager des actions judiciaires contre Alassane Ouattara, révèlent nos confrères d’Afrique-sur-7.

Et ce, pour la responsabilité « présumée » du président ivoirien dans les massacres perpétrés durant la tragique crise politico-militaire de 2002-2011 en Côte d’Ivoire.

Bénin : retour discret de l’ex-président Boni Yayi à Cotonou

« Une requête de la FIDHOP et de GRADDH-AFRIQUE, va être urgemment préparée sous la conduite d’un pool d’avocats ivoiriens, européens et américains », annonce Dr Boga Sako, l’initiateur de ces actions judiciaires et président des deux organisations de la société civile, basées respectivement en France et aux États-Unis.

Cette requête sera déposée devant la Cour européenne des droits de l’homme pour le compte de la FIDHOP, et au Conseil de sécurité de l’ONU pour la GRADDH-AFRIQUE, indique la source.

Quand Brigitte Macron se déhanche sur Magic System : la vidéo enflamme le web

Il s’agira, poursuit la source, à travers cette requête, d’une part de déposer une plainte contre Alassane Ouattara, désigné la semaine dernière par Guillaume Soro, comme étant le « commanditaire » du coup d’Etat manqué de septembre 2002, mué en rébellion.

Et d’autre part, de faire connaître la vérité issue des urnes du second tour de l’élection présidentielle de 2010-2011.

« Pour nous, militants des droits de l’homme, épris de justice et de paix (…) puisque tous les secrets des pires et vrais criminels du pays se déversent aujourd’hui sur les réseaux sociaux, nous pensons qu’il faut maintenant agir afin qu’éclate toute la vérité sur les massacres commis en Côte d’Ivoire de 2002 à ce jour par le régime Ouattara », a justifié Dr Boga Sako dans une déclaration.

Coup de tonnerre à la CPI : la chambre d’appel prend une lourde décision contre Laurent Gbagbo

 

Accusé de vouloir destabiliser la Côte d’Ivoire, Guillaume Soro avait, dans une déclaration lue par Me Affoussy Bamba, indiqué “qu’il reconnait une seule déstabilisation, celle du 19 septembre 2002, pour le compte de l’actuel Président de la République M. Alassane Dramane Ouattara. Ce pour quoi d’ailleurs, il continue à demander pardon au peuple souverain de Côte d’Ivoire” , conclut la source.

Plus d'articles
Béni soit le CNJ