Côte d’Ivoire : Gbagbo lourdement condamné par la justice ivoirienne

La justice ivoirienne a confirmé mardi 29 octobre 2019, la condamnation à 20 ans de prison de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, prononcée en janvier 2018.

C’était à l’issue d’une audience relative à l’affaire du « braquage » de l’agence nationale de la banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), lors de la crise post-électorale de 2010-2011.

Côte d’Ivoire : la nouvelle vie des pro-Gbagbo

Laurent Gbagbo, acquitté et libéré sous conditions par la Cour pénale internationale (CPI) en janvier 2019 des lourdes charges de crimes de guerre, crimes contre l’humanité, vit actuellement à Bruxelles en Belgique. Ses avocats plaident en appel pour que soient levées toutes les conditions assorties à sa libération.

Une requête apparemment pas du goût du pouvoir d’Abidjan. « En application de l’article 86 du Statut de Rome, la République de Côte d’Ivoire entend faire valoir ses observations écrites sur les raisons qui l’amènent à proposer à la Chambre d’appel de confirmer la décision rendue le 1er février 2019 qui apparaissait, en l’état de la procédure, sage et équilibrée », adressent les avocats de l’État de Côte d’Ivoire dans une requête aux juges de la chambre d’appel de la CPI.

CPI : Alassane Ouatara resserre l’étau autour de Laurent Gbagbo

Il est en effet prêté à l’ex-chef d’État ivoirien, l’ambition de regagner la Côte d’Ivoire dans l’objectif de se porter candidat à la présidentielle de 2020. Et cette décision de la justice ivoirienne s’apparente à une façon de lui barrer le chemin au cas où la chambre d’appel jugeait recevable la requête de ses avocats de le libérer définitivement.

 

Avec Afrique-sur-7




Plus d'articles
Dwayne Johnson : l’acteur donne la signification de son tatouage le plus flippant