Après Alain Beugrefoh, condamné pour un tweet, l’un des proches de Guillaume Soro, vient d’être convoqué par la PLCC pour une publication sur les réseaux sociaux, a-t-on appris.

En effet, Jean Paul Kevin Beugrefoh, Fédéral du Mouvement pour la promotion des valeurs nouvelles en Côte d’Ivoire (MVCI, parti proche de Guillaume Soro) de la région du Gboklé, est convoqué, le 6 novembre prochain, pour être entendu sur le contenu de son post.



Top 20 des africains francophones les plus riches : Patrice Talon et Sébastien Ajavon au coude-à-coude

4 septembre 2019, le Procureur de la République, Adou Richard Christophe avait prévenu : Toutes infractions à la loi pénale à travers les publications incendiaires et les incitations à le faire seront sévèrement réprimées.

« La Plateforme de la lutte contre la cybercriminalité (PLCC) m’a appelé ce jour aux environs de 15 heures par le canal du Lieutenant Coulibaly. Je confirme que sans aucune crainte, je vais me présenter à leurs Bureaux le Mercredi 6 Novembre 2019 pour me constituer Prisonnier politique. Dans ce pays dont nous rêvions d’une vraie démocratie, hélas le Député Alain LOBOGNON avait dit que nous étions Tous des prisonniers en sursis. Finalement il est en passe d’avoir eu raison très tôt », a indiqué Jean Paul Kevin Beugrefoh.

CPI : Alassane Ouatara resserre l’étau autour de Laurent Gbagbo

Puis, il ajoute : « Pour rappel, je ne me suis pas engagé en politique pour renier mes Convictions et mon Honneur. Populations de Fresco, restez sereinement à l’écoute, je vous donnerai les dernières informations relatives à cette affaire ! » Avant de préciser : « En Instance d’emprisonnement à la MACA ».

Guillaume Soro, ancien président de l’Assemblée nationale, qui n’arrive pas à s’imaginer une telle interpellation, s’est interrogé : « Qui peut me confirmer ça ? » Quant à Alain Lobognon, il s’est voulu formel : « La Plateforme de lutte contre la cybercriminalité ne doit pas tuer les libertés citoyennes en Côte d’Ivoire ».

Avec Afrique-sur-7