Côte d’Ivoire : La carte nationale d’identité au cœur d’une polémique politique

Depuis dix jours, les Ivoiriens sont invités à s’enregistrer pour obtenir leur carte d’identité. Elle sera indispensable à l’obtention d’une carte d’électeur en vue des élections de la fin de l’année. Déjà, le processus d’enrôlement est décrié par l’opposition.

Malawi : la cour constitutionnelle annule la présidentielle de 2019

Le PDCI dénonce un certain nombre de problèmes : le début tardif des opérations, les défaillances techniques, le manque de sites pour se faire enrôler ou encore les 5 000 francs à débourser pour le timbre fiscal.

L’opposition fustige également l’achat de cartes d’identité par les cadres du RHDP. « Le RHDP, sur toute l’étendue du territoire national, paie pour ses militants et ses sympathisants. Ça se passe au nord, partout, de la Bagoué, partout, ils ont de l’argent pour payer pour leurs parents. Donc même si ce n’est pas illégal, c’est inélégant. » déclare Maurice Kakou Guikahué, numéro 2 du PDCI.

Du côté du pouvoir, on rejette toute notion de clientélisme. « C’est un élan de solidarité de certains cadres et je le dis, M. Guikahué pourrait aussi, avec toutes les ressources qu’il a, aider quelques parents à Ganoua, dans la procédure pour la carte d’identité. Je pense que nous avons affaire à une opposition qui n’a aucun projet politique et qui est obligée d’être réduite à l’intoxication », réplique Mamadou Touré, le porte-parole du RHDP.

500 Togolais renoncent à leur nationalité

Rien d’illégal donc, mais le débat sur la carte d’identité vient s’ajouter aux nombreux autres thèmes polémiques à huit mois de la présidentielle.

Plus d'articles
M. Pokora : inquiet pour son fils, il se confie les larmes aux yeux