in ,

Côte d’Ivoire / Manifestations : la coordonnatrice du GPS arrêtée

Anne Marie Bonifon, coordonnatrice nationale de Générations et Peuples Solidaires (GPS) en Côte d’Ivoire, a été interpellée le jeudi 13 août 2020 à Abidjan avec quatre autres femmes de ce mouvement dirigé par l’ex-président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro. La manifestation pour laquelle elles ont été arrêtées s’inscrit dans le cadre de la protestation contre la candidature d’Alassane Ouattara pour un troisième mandat, rapporte connectionivoirienne.net.

Côte d’Ivoire / 3e mandat de Ouattara : la surprenante réaction d’Alpha Blondy

 

« Arrestation par les forces de l’ordre de plusieurs membres de Générations et Peuples Solidaires dont Mme Anne Marie Bonifon la première responsable du mouvement citoyen » peut-on lire sur la page Facebook de GPS. Outre Mme Bonifon, quatre autres collaboratrices ont été interpellées selon Moussa Touré, le directeur de la communication de M. Soro, à savoir « Mme Kassadouman Koné, Mme Guehi Henriette, Mme Todé et une 5e femme ».

« Ces dames courageuses ont décidé de dire non au troisième mandat d’Alassane Ouattara et ces mères de familles sont arrêtées et humiliées par la soldatesque ! » a réagi leur leader, Guillaume Soro, sur Twitter, précisant qu’elles sont toutes des « dirigeantes de GPS ».
En exil en France depuis son retour manqué en Côte d’Ivoire fin décembre 2019, M. Soro, a « appelé à l’unité d’action de l’opposition » contre la candidature du chef de l’Etat, estimant qu’« il a franchi la ligne rouge » après s’être « attaqué à la Constitution ». « Force au Peuple de Côte d’Ivoire. Non au viol de la Constitution. Non au troisième mandat. Victoire au Peuple » a-t-il tweeté.

Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo demande au président Ouattara d’amnistier son époux

 

Dans une note mercredi, le ministre de l’Administration du territoire, Sidiki Diakité, a fait savoir que les manifestations « éclatées » projetées ce jour « ne sont pas autorisées », car « n’ayant pas respecté les procédures appropriées ». Depuis l’annonce, le 6 août 2020, de la candidature d’Alassane Ouattara pour un troisième mandat, les leaders de l’opposition ont exprimé leur vive protestation contre cette décision jugée « inconstitutionnelle » et des manifestations de protestation ont été signalées dans plusieurs localités du pays.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

La Palestine qualifie de « trahison » l’accord israélo-émirati et rappelle son ambassadeur à Abou Dhabi

Inter Miami : David Beckham s’enflamme pour Blaise Matuidi