in

Covid-19 : un “passeport vaccinal” peut-il devenir obligatoire pour voyager ?

Avec les annonces sur les vaccins anti-covid, les compagnies voient le ciel s’éclaircir.

L’année 2020 est cauchemardesque pour l’aérien. Entre les fermetures de frontières, la suspension des vols vers les pays considérés comme à risque, ou les quatorzaines imposées, les transporteurs aériens ont perdu 60% de leur chiffre d’affaires lors de la crise sanitaire, selon le bilan présenté le 24 novembre par l’organisation IATA (International Air Transport Association).

Dans ce contexte délicat, l’arrivée des vaccins pourrait être une aubaine pour les compagnies aériennes. Mais comment vérifier le statut vaccinal des voyageurs ? Certaines compagnies, dont Qantas en Australie, poussent vers le développement d’un “passeport vaccinal”.

Qu’est-ce que le “passeport vaccinal” ?

C’est la compagnie aérienne australienne Qantas qui a soulevé l’idée. Son PDG, Alan Joyce, a déclaré que le vaccin était désormais une “nécessité” pour quiconque voulait entrer et sortir d’Australie via sa compagnie. “Nous demanderons aux gens de se faire vacciner avant de pouvoir monter à bord de l’avion”, a-t-il indiqué à la chaîne de télévision Channel Nine le 23 novembre, comme le relaie le site australien News.



L’idée du passeport vaccinal est assez simple. Pour monter à bord de l’avion, le passager devra montrer la preuve qu’il a bien été vacciné contre le coronavirus. Ce projet, va être testé rapidement par la compagnie, et pourrait s’étendre à d’autres entreprises concurrentes en cas de succès.

Quelle forme pourrait avoir ce passeport ?

Afin de ne pas contribuer à la flambée de l’épidémie de coronavirus dans le monde, les compagnies proposent de développer un écosystème permettant le partage d’informations avec les autorités sanitaires et les professionnels de santé des différents pays.

Le IATA Travel Pass “gérera et vérifiera le flux sécurisé des informations nécessaires sur les tests ou les vaccins entre les gouvernements, les compagnies aériennes, les laboratoires et les voyageurs.” Ce “laissez-passer de santé numérique” soutiendra la réouverture en toute sécurité des frontières, comme l’explique AirMag.

D’autres projets sont en cours, comme l’application CommonPass de l’ONG Common Projects fonctionnant sur le même principe que l’IATA Travel Pass. L’interface CommonPass sera utilisée en décembre par les compagnies United Airlines, Lufthansa, Virgin Atlantic, Swiss International Air Lines et JetBlue pour certains vols en partance de New York, Boston, Londres et Hong Kong.

Le nouveau passeport pourrait également fonctionner de la même manière que les certifications actuelles contre la fièvre jaune. Depuis 2005, près de 200 pays sont signataires du Règlement sanitaire international élaboré par l’Organisation Mondiale de la Santé, et reconnaissent le Certificat international de vaccination.

Plusieurs pays d’Afrique exigent ce carnet jaune lors de la demande de visa ou à l’entrée sur leur territoire. Et les certificats sont délivrés dans des centres agréés par chaque État, pour des vaccins validés par l’OMS.

Les autorités pourraient donc décliner ce dispositif et ajouter le coronavirus à la liste des vaccins exigés.

Est-ce réellement applicable ?

Une compagnie aérienne peut exiger une preuve de vaccination au moment de l’embarquement. “Elles peuvent mettre à jour leurs conditions générales de transport et ainsi l’exiger”, explique à LCI l’avocat Thierry Mazoyer spécialiste dans le droit aérien. “Si un pays exige que sa population soit vaccinée, les voyageurs n’auront de toute façon pas le choix et les compagnies devront s’assurer que les voyageurs auront eux aussi reçu un vaccin”.

C’est pour quand ?

Dans les prochaines semaines, l’IATA, l’association internationale du transport aérien et International Airlines Group (IAG) devraient entreprendre un essai pour démontrer que leur plateforme, combinée aux tests COVID-19, peut permettre la réouverture de la plupart des voyages internationaux, sans quarantaine nécessaire. L’interface pourrait voir le jour d’ici au premier trimestre 2021.

Source LA DEPECHE.fr




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Consommer du soja : bonne ou mauvaise chose ?

France / Assemblée nationale : un ministre rappelé à l’ordre pour “6 minutes” de retard