Derek Chauvin reconnu coupable : voici la réaction de la famille de George Floyd (vidéo)

Le mardi 20 avril, le policier Derek Chauvin a été jugé pour le meurtre de l’afro-américain George Floyd, et il a été reconnu coupable par les membres du jury.

Les membres de la famille de George Floyd ont réagi aux verdicts unanimes du jury, qui a déclaré le policier coupable de son meurtre en mai dernier avec soulagement, reconnaissance et un clin d’œil à un précédent historique. Pendant qu’un des frères de la victime était en conférence de presse, une vidéo de quelques autres membres de la famille, écoutant la sentence, a été publiée.

« Aujourd’hui, nous pouvons respirer à nouveau », a déclaré son frère, Philonise Floyd, lors de la conférence de presse, en faisant référence aux cris répétés de George “Je ne peux pas respirer” alors que le policier blanc de Minneapolis, Derek Chauvin, appuyait son genou sur le cou de George pendant environ neuf minutes, alors que George, un Noir, était allongé sur le sol, les mains menottées derrière lui.

Philonise a invoqué le nom d’Emmett Till, un jeune Noir de 14 ans lynché dans le Mississippi en 1955.

« Il était le premier George Floyd, mais aujourd’hui vous avez les caméras du monde entier pour voir et montrer ce qui est arrivé à mon frère », a-t-il dit, faisant référence à la vidéo virale de l’incident faite par des passants qui a occupé le devant de la scène pendant trois semaines de témoignages dans le procès de Chauvin à Minneapolis.

« Le monde a vu sa vie s’éteindre, et je ne pouvais rien faire d’autre que de regarder… surtout dans cette salle d’audience, encore et encore, alors que mon frère était assassiné », a déclaré Philonise.

« Les temps sont de plus en plus durs », a-t-il ajouté. Il a mentionné une fusillade policière qui s’est produite dans une banlieue de Minneapolis alors même que le procès de Chauvin était en cours, avec Daunte Wright, 20 ans, également noir, abattu lors d’un contrôle routier par un officier de police qui a maintenant été inculpé pour homicide involontaire.

« À 10 kilomètres d’ici, M. Wright, Daunte Wright, devrait encore être ici », a-t-il dit. « Nous devons toujours comprendre que nous devons marcher, nous devons faire ça pour la vie, nous devons protester. On a l’impression que c’est un cycle sans fin ».

Plus d'articles
Togo : Fish Farm, la coopérative de tilapia qui fleurit à Adakpamé