in

Destitution de Donald Trump : l’enquête a rassemblé des « preuves accablantes »

La commission du renseignement de la Chambre des représentants a publié, mardi, son rapport, fruit d’auditions publiques historiques de douze témoins et d’une quinzaine de dépositions à huis clos.

L’Homme le plus puissant du monde est connu (Classement Forbes)

« Des preuves accablantes » de « conduite inappropriée » du président des Etats-Unis ont été mises au jour par la commission du renseignement de la Chambre des représentants dans le cadre de l’enquête en destitution contre Donald Trump.

« Personnellement et par l’entremise d’agents dans et en dehors du gouvernement, [Donald Trump] a sollicité l’ingérence d’un pays étranger, l’Ukraine, pour favoriser sa campagne de réélection », affirme le rapport établi par la commission et rendu public mardi 3 décembre.

« Le président a conditionné une invitation à la Maison Blanche et une aide militaire à l’Ukraine à l’annonce d’enquêtes favorables à sa campagne » et il a « entravé » les investigations, détaillent ses auteurs.

S’estimant ‘très mal traité’, Donald Trump déménage sa résidence

 

La porte-parole de l’exécutif, Stephanie Grisham, a immédiatement réagi, dénonçant « l’imposture » d’une enquête qui n’a produit « aucune preuve ». « Ce rapport ne reflète rien d’autre que les frustrations » des démocrates, il « se lit comme les divagations d’un blogueur de bas étage qui s’évertue à prouver quelque chose quand il n’y a clairement rien ».

Soutien solide dans ses rangs

Ce rapport est le fruit d’auditions publiques historiques de douze témoins et d’une quinzaine de dépositions à huis clos. Il doit désormais être transmis à la commission judiciaire. C’est elle qui sera chargée d’établir, sur la base de ce rapport, les chefs d’accusation qui pourraient peser contre Donald Trump au Congrès.

Travailler à l’étranger : les 9 pays qui recrutent mieux

La Chambre, à majorité démocrate, voterait ensuite pour ou contre cette mise en accusation. Puis il reviendrait au Sénat, contrôlé par les républicains, de mener le procès de Donald Trump. Compte tenu du soutien encore très solide dont il bénéficie dans ses rangs, le président républicain ne serait probablement pas destitué.

Avec Le Monnde



Sommet de l’Otan : à l’étranger, Macron ne lâche jamais son portable

Google Translate va-t-il disparaître dans les prochains jours ?