in

Doja Cat : la reine de TikTok dans la tourmente après des propos racistes

Alors que le confinement a été une période peu propice à la mise en avant de nouvelles musiques pour un certain nombre d’artistes, Doja Cat, par contre, a vu ses titres exploser ces dernières semaines. Mais contre toute attente, l’artiste de 24 ans est accusée de racisme.

Drake : le rappeur canadien ouvre les portes de sa maison monumentale

 

L’artiste Doja cat a été propulsée par les réseaux sociaux. Depuis le début de sa carrière, elle joue habilement avec les codes d’Internet. Son premier tube, “So High“, parvient à se faire remarquer sur Soundcloud en 2013. Cinq ans plus tard, le clip totalement barré de “Mooo !” dans lequel elle se met dans la peau d’une vache devient viral, les extraits de la vidéo sont largement relayés et déclinés en gif et en meme. Elle passe ensuite sur la très populaire chaîne YouTube Colors pour présenter “Juicy” avant de sortir son deuxième album, Hot Pink et de participer à la bande originale du film Bird Of Prey avec “Boss Bitch“.

Quand la chanteuse Teni affirme avoir des sentiments pour Don Jazzy

 

Si elle maîtrise l’art du web, celui-ci peut aussi se retourner contre elle. Une ancienne vidéo a refait surface le week-end dernier dans laquelle elle aurait tenu des propos racistes. “Je n’ai jamais été impliquée dans des conversations racistes. Je m’excuse auprès de tous ceux que j’ai offensés… Je suis une femme noire. La moitié de ma famille est noire et originaire d’Afrique du Sud et je suis très fière de mes origines”, se défend-elle sur Instagram. 

Game of Thrones saison 8 : Un fan imagine une fin alternative impressionnante en vidéo

 

Mais très vite, la Toile s’enflamme et les internautes appellent désormais au boycott de l’artiste qui a à son actif un featuring avec Nicki Minaj et d’autres artistes encore. Reste à voir si cet incident aura un impact sur ses futurs projets et sa place dans les classements.

Source : dhnet



Un document prouve que Jordan a menti pendant “The Last Dance”

Un immunologiste explique les risques d’une introduction précipitée du vaccin contre le Covid-19