in

Drame au Liban : le sectarisme d’un cheikh salafiste marocain provoque un tollé

En réaction à la double explosion survenue le 4 août dernier dans le port de la capitale libanaise, le prédicateur islamiste marocain Hassan El Kettani a publié sur son compte Facebook une série de posts controversés. L’ancien conseiller du roi Fayçal d’Arabie saoudite et fondateur de la Rabita internationale des oulémas se désole que les déflagrations meurtrières aient frappé les sunnites. Un courant de l’islam dont il se proclame, mais dans sa forme la plus rigoriste. 

 

Emmanuel Macron rappelle à Rohani la nécessité d’éviter une escalade au Liban

« Le plus affligeant dans ce qui s’est produit à Beyrouth est que l’explosion a eu lieu dans un bastion sunnite… À Dieu nous appartenons et vers lui nous retournerons, que Dieu ait pitié de nos martyrs », écrit Hassan El Kettani sur son mur Facebook. De nombreux internautes du Maroc et d’ailleurs ont été scandalisés par les propos du cheikh polémique. Certains commentateurs, indignés, lui rappellent que « l’appartenance religieuse ou communautaire des défunts n’a aucune importance » et que « toute mort est une perte et toute perte est douleur », en vain.

 

Togo / La communauté musulmane en deuil : décès de Malam Bodi Ousmane

 

Au lieu de se raviser, Hassan El Kettani tente de se justifier. « Si une calamité survient quelque part, il est naturel que vous vous préoccupiez d’abord des membres de votre famille », insiste-t-il. La position, obstinée d’El Kettani semble avoir décomplexé certains de ses suiveurs. « Nous ne partageons guère la douleur de nos ennemis », a même commenté l’un d’eux. De tels commentaires n’ont fait qu’irriter davantage ses détracteurs, notamment ceux de la diaspora libanaise au Maroc.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cristiano Ronaldo proposé au Barcelone ?

Elle décède après avoir mélangé ces 2 produits pour nettoyer sa salle de bain