Malgré le strict emploi du temps que lui impose sa profession d’agronome, il n’a de cesse de donner libre cours à la passion qui le déchire : écrire. Il aurait pu choisir d’écrire sur tous les sujets. Mais l’amour, les relations entre jeunes et le mariage sont des sujets de prédilection auxquels sa muse le conduit. Est-ce parce que ces thèmes permettent d’avoir un plus grand lectorat, ou serait-ce un choix plutôt personnel.

Pour éclairer les lecteurs de L-Frii, Magloire Agbegnido, puisque c’est de lui qu’il s’agit, nous a accordé un entretien à cœur ouvert.



Togo / Election présidentielle 2020 : voici les conditions pour participer à la révision des listes électorales

L-Frii : Monsieur Magloire Agbegnido, vous êtes un auteur qu’on ne présente plus, puisque vos œuvres « Qui épouser ? » et « Je suis amoureux(se), Que faire ? » sont connues du lectorat togolais. Dites-nous comment devient-on un auteur à succès ?

Magloire Agbegnido : Il faut rappeler que le succès est la conséquence des actes et des faits accomplis. Donc, lorsque les faits et les actes accomplis répondent aux besoins d’un grand nombre de personnes ou impactent ceux vers qui ils sont orientés, on peut vous appeler un homme à succès. Dans le cas de l’écriture, si vos œuvres répondent aux préoccupations de vos lecteurs, vous serez considéré comme un auteur à succès. En conclusion, pour devenir un auteur à succès, vous devez faire 3 choses importantes : (1) identifier clairement votre public-cible ou lectorat ; (ii) répondre à la préoccupation de votre lectorat, de manière précise et concise ; et (iii) trouver la meilleure façon de présenter votre message pour vous faire comprendre par votre lectorat.

L-Frii : Le mariage, les relations entre jeunes sont les sujets que vous abordez souvent dans vos écrits. Y a-t-il une raison particulière qui pourrait expliquer ce choix et quel a été le déclic vers l’écriture romanesque alors que vous êtes un agronome de formation et de profession ?

Africsearch Togo recrute (29 novembre 2019)

Magloire Agbegnido : Il y a plusieurs raisons qui m’ont poussé à écrire sur le sujet des relations amoureuses. Premièrement, le but de ma vie, c’est de susciter de jeunes leaders dans tous les domaines de la vie. En priant pour savoir comment aborder la mission, Dieu m’a expliqué que le leadership dans la vie commence d’abord par le leadership familial, selon 1 Timothée 3 : 1 – 5. Donc, pour que les jeunes deviennent de vrais leaders dans la vie, il faut d’abord les aider à avoir un équilibre familial. Nous avons compris qu’il faut donc enseigner sur le sujet des relations amoureuses pour les aider à réussir leur mariage. De l’autre côté, les défis de la société actuelle sont liés à la défaite familiale. Donc, pour que la société s’améliore, il faut qu’on prépare une nouvelle génération de couples stables. La troisième raison qui m’a poussé à écrire sur le mariage est ma propre expérience en matière de relations amoureuses. Après avoir connu plusieurs déceptions amoureuses par faute d’enseignements et de connaissances fiables, et ayant fini par trouver la bonne sortie, j’ai voulu partager mes expériences avec les jeunes, pour les aider à ne pas vivre les mêmes défis que nous.

Je suis venu à l’écriture par passion, bien que je sois agronome de formation. Il est aussi remarqué que les scientifiques écrivent toujours plus que les littéraires. C’est donc une preuve.

L-Frii : Comment arrivez-vous à allier cette passion pour l’écriture et votre profession ?

Magloire Agbegnido : Je fais une planification de mon temps. Généralement, j’écris très tôt le matin ; c’est une période où je me sens plus inspiré pour l’écriture. Un projet de livre dure entre 6 à 12 mois. Donc, pendant que je travaille, je trouve un petit temps pour écrire.

Togo : la BAD recrute pour ces postes (29 novembre 2019)

L-Frii : Quel est votre plus grand échec en tant qu’auteur ?

Magloire Agbegnido : Il faut savoir que l’écriture est un ensemble complexe qui va de la production du manuscrit jusqu’à la distribution du produit fini. Et pour nous qui sommes nos propres éditeurs, nous sommes obligés de tout assumer jusqu’à la distribution. Ce qui rend le travail lourd pour nous. Pour le moment, je n’ai pas d’échec ; même s’il y en a, il sert de leçon pour la suite.

L-Frii : Que pensez-vous de cette assertion de J.M CLEZIO « l’écriture me donne le sentiment d’ajouter des jours à ma vie »

Magloire Agbegnido : Je confirme l’assertion de Clezio. En fait, en écrivant, vous devenez immortel. Vous partirez, mais vos œuvres resteront à jamais. C’est comme vous avez ajouté des jours à votre vie.