Éric Dupond-Moretti : ce tacle cinglant d’Emmanuel Macron

En plus de la crise sanitaire qui bat son plein, Emmanuel Macron a récemment dû gérer un autre problème : la loi “sécurité globale” et son très controversé article 24. Après une semaine marquée par plusieurs manifestations, des bavures policières mais aussi des violences contre les forces de l’ordre, le président de la République a convoqué plusieurs de ses ministres, le lundi 30 novembre, à l’Élysée. Parmi eux, le Premier ministre Jean Castex, mais également le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti. Si le locataire de la place Beauvau a subi un recadrage de la part du chef de l’État, l’ancien ténor du barreau n’a lui non plus pas été épargné.

« Il n’y a pas que Gérald Darmanin qui en a pris pour son grade aujourd’hui à l’Elysée. “Ce week-end, j’aurais bien aimé ne pas apprendre en regardant la télévision que le procureur de Paris tenait une conférence de presse”, a lancé le président à Eric Dupond-Moretti », a-t-on pu lire, dans un message posté sur Twitter par Laurent Valdiguié, journaliste à Marianne.

Quelques jours après la diffusion des images du passage à tabac du producteur de musique par des policiers, le procureur de la République de Paris Rémy Heitz s’est en effet exprimé, le dimanche 29 novembre, lors d’une conférence de presse. Ce dernier est revenu sur le déroulement des faits, les déclarations des policiers et les sanctions requises à leur encontre.

À en croire le tweet du journaliste de Marianne, il semblerait donc qu’Éric Dupond-Moretti n’ait pas pris soin de prévenir Emmanuel Macron que le procureur de la République de Paris allait tenir une conférence de presse à ce sujet. Agacé de l’apprendre en allumant son poste de télévision, le président n’a pas hésité à faire part de son mécontentement au ministre de la Justice. Une chose est en tout cas certaine, l’époux de Brigitte Macron a tapé du poing sur la table lors de cette réunion élyséenne.

Selon plusieurs témoins cités par L’Opinion, Gérald Darmanin, qui était “sur la défensive”, s’est senti tout petit face au courroux du chef de l’État. « La situation dans laquelle vous m’avez mise aurait pu être évitée », a déclaré Emmanuel Macron à son ministre, dans des propos rapportés par Le Monde.

Avec Gala.

Plus d'articles
PSG-Barça : «Vous nous saoulez avec la remontada »