“Samedi matin, Facebook va devenir payant.” L’utilisation du réseau social “coûtera environ 5 FCFA 50,01 dollar) par message”, sauf si vous partagez ce message d’avertissement à 10, 15 ou 30 amis.


Auquel cas, “on constatera que vous êtes un utilisateur assidu”, alors “le logo deviendra bleu” et Facebook “restera gratuit”. La même mise en garde circule pour WhatsApp, l’application de messagerie appartenant à Facebook. Alors, vrai ou “fake” ?

Quand et comment adresser ses vœux de bonne année au travail ?

Ce type de texte (fautes d’orthographe comprises) réapparaît régulièrement sur les réseaux sociaux, depuis une dizaine d’années. Il s’agit d’une vieille intox, dont franceinfo a déjà parlé en en 2015 et 2016.

Facebook assure dans une foire aux questions que son réseau est “accessible à tous gratuitement” et, qu’une fois inscrit, l'”utilisation” est également “gratuite”. De même, WhatsApp a rédigé un post sur son blog pour démentir ce “canular”.

« Sachez que c’est une rumeur et que rien n’est vrai », écrit le service de messagerie, qui ajoute : « Nous préférerions travailler sur de cools nouvelles fonctionnalités, au lieu d’avoir à réfuter des histoires absurdes comme celles-ci. » Ce texte date de 2012, mais il est toujours d’actualité.

Comme le rappelle le site spécialisé dans la chasse aux intox Hoax-Slayer (en anglais), le message visant WhatsApp recycle celui ciblant Facebook. Lui-même était adapté d’un canular plus ancien, destiné aux utilisateurs de la messagerie MSN et apparu en 2006. Ce dernier recyclait déjà un texte écrit pour les usagers du service Hotmail, viral depuis au moins 2003.

WhatsApp ne fonctionnera bientôt plus sur les versions les plus datées d’Android

Si cet avertissement sur le futur caractère payant de Facebook est faux, la mention de la gratuité du réseau social a toutefois disparu de sa page de connexion, en août 2019, comme le signalait Tom’s Guide.

Le slogan “c’est rapide et facile” a succédé au “c’est gratuit et ça le restera”, présent depuis plus d’une décennie. Cette disparition a contribué à alimenter bien des spéculations.