Depuis le 20 août 2019, le Nigeria a fermé ses frontières avec les pays qui polluent son marché avec les produits de la contrebande. Seuls les détenteurs d’un passeport peuvent traverser les barrières et à pied. Certains en profitent pour prendre le carburant.

Lire aussi : Mondial Basket : après leur exploit contre les USA, les Bleus écrasés en 1/2 finale



Le Nigeria a réagi à cette pratique à travers un courrier en date du jeudi 12 septembre 2019, rapporte le site beninwebtv.

Selon la source, certains agents des forces de sécurité et de défense en poste à Sèmè, zone frontalière avec le géant de l’Est, profitent de leur proximité pour s’approvisionner en carburant.

Ils débarquent avec des bidons, parfois en tenue militaire, pour acheter le liquide inflammable à vil prix de l’autre côté, précise la source.

Lire aussi : Emplois : les 25 métiers dont le salaire va le plus augmenter en 2020

Dans une note adressée à la partie béninoise pour mettre fin à cette pratique, les autorités nigérianes ont mentionné deux points.

Primo, tous ceux qui veulent prendre du carburant dans les stations nigérianes doivent s’adresser aux officiers de police qui vont les enregistrer pour transmettre la liste aux services compétents nigérians. Ce ne serait qu’après autorisation qu’ils pourront approvisionner les réservoirs de leurs véhicules.

Secundo, mentionne la note, « il n’est pas permis de prendre de carburant dans des bidons ». Le courrier portant la signature du commandant du service des douanes nigérianes, région Sèmè. Ampliation sera faite à tous les postes de sécurité au Bénin, conclu la source.

 

Avec beninwebtv