FIFA : bientôt un congé de maternité pour les joueuses

La FIFA a annoncé ce jeudi 19 novembre qu’elle protégerait mieux les joueuses enceintes et imposerait à ses 211 pays membres un congé maternité « d’au moins quatorze semaines » à partir de l’année prochaine, ainsi qu’une interdiction de les licencier.

« Nous voulons voir plus de femmes jouer au football et en même temps avoir une famille », a expliqué Sarai Bareman, responsable du football féminin au sein de la FIFA. Les clubs qui jouent à l’international, donc sous la juridiction de la FIFA, doivent proposer un congé de maternité « d’au moins quatorze semaines, dont huit après la naissance », payer « au moins les deux tiers de leur salaire contractuel ».

Pendant ce temps, les clubs pourront recruter une joueuse pour remplacer la femme enceinte, même s’ils sont en dehors de la période de transfert, avec la possibilité de l’intégrer à long terme si les deux parties sont d’accord.

Il sera interdit « de remettre en cause la validité de leurs contrats du fait que les joueuses tombent enceintes ». En cas de licenciement pour cette raison, le club sera sanctionné économiquement et sportivement.

Après le congé de maternité, les clubs doivent « réintégrer les joueuses et leur fournir un soutien médical et physique approprié », a déclaré García. La joueuse de football pourra «allaiter ou exprimer son lait» dans des «lieux adaptés» de son club.

Plus d'articles
Coronavirus : 4 médecins de plus sont morts du Covid-19