Crédit Photo : Gadgets 360

Fortune : voici l’affaire du siècle selon Bill Gates et Jeff Bezos

Jeff Bezos et Bill Gates sont tous les deux de très grands milliardaires et ils ont travaillé dur pour en arriver là, ils ont investi dans des affaires qui ont rapporté gros.

Tous les deux et Al Gore sont quelques-uns des investisseurs qui ont mis 158 millions de dollars dans Nature’s Fynd. Qu’est-ce que cette entreprise de Chicago a de si spécial pour que les investisseurs les plus puissants du monde la remarquent ? Ce qui est susceptible d’être la prochaine grande tendance commerciale : la viande végétale.

Pour l’instant, Nature’s Fynd est une société qui n’est pas encore cotée en bourse, mais au vu de ceux qui la soutiennent actuellement, il n’est pas déraisonnable de penser que, dans un avenir proche, ses actions seront accessibles à tous. Et cela ne semble pas être un mauvais investissement : il s’agit d’une entreprise qui vend un produit sain, nécessaire à notre santé et qui respecte l’environnement. Y a-t-il une meilleure formule gagnante en 2021 ?

Le secteur des aliments alternatifs a connu un boom en 2020, avec une croissance de 27 % des ventes au détail aux États-Unis et une valeur de marché totale de 7 milliards de dollars, selon la Plant-Based Foods Association (PBFA), un groupe commercial regroupant plus de 200 entreprises membres. D’autre part, les expéditions de produits alternatifs des distributeurs de services alimentaires vers les restaurants commerciaux ont augmenté de 60 % en glissement annuel en avril, selon le cabinet de recherche NPD Group.

Et ce n’est pas tout. Depuis le début de l’année, les humains ont consommé plus de 262 millions de tonnes de viande d’origine animale. C’est deux fois plus que ce que nous consommions il y a 30 ans. Pour produire cette quantité de nourriture, d’innombrables quantités d’eau, d’aliments pour animaux et de terres agricoles ont été utilisées. Toute cette industrie génère près de 20% des émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, ce qui la rend plus polluante que les transports.

Il semble que la situation nous amène à choisir entre le véganisme et l’apocalypse. Il n’est donc pas surprenant que Bill Gates et Jeff Bezos aient jeté leur dévolu sur cette juteuse opportunité commerciale.

Si le véganisme était le choix majoritaire de la population mondiale, ce chiffre diminuerait de façon spectaculaire. Actuellement, 30 % des terres de la planète sont consacrées aux cultures fourragères ou aux lieux où paissent les animaux.

Selon une étude réalisée en 1997 par l’université Cornell, 320 millions d’hectares aux États-Unis sont consacrés à la production de viande. Cependant, la production de légumes couvre une superficie de 13 millions d’acres. Conclusion ? Il faut beaucoup moins de terres pour produire du riz, du soja, du maïs ou des tomates que pour élever des vaches, des poulets ou des porcs.

Le véganisme, une industrie en plein essor

L’industrie qui séduit Bill Gates et Jeff Bezos est pilotée par Beyond Meat et Impossible Foods, dont les hamburgers, poulets et autres produits de charcuterie commencent à rendre nerveuse l’industrie agroalimentaire américaine, qui pèse 733 milliards de dollars. Pour l’instant, ce nouveau type de viande ne représente que 1 % du marché mondial. Mais surtout, le prix de ce produit alternatif se rapproche déjà de celui de la viande traditionnelle.

Impossible Foods a baissé les prix dans ses restaurants à deux reprises au cours de l’année écoulée et, en février, la société a réduit les prix de détail de 20 %, ramenant le prix de deux hamburgers à 5,49 $, une offre qui aurait tout aussi bien pu être proposée chez McDonalds.

Nature’s Fynd, un bonbon en sachet ?

Nature’s Fynd a été cofondée en 2012, initialement sous le nom de Sustainable Bioproducts, par Thomas Jonas et Mark Kozubal, aujourd’hui respectivement PDG et responsable scientifique. Quelques années auparavant, Kozubal avait découvert un microbe, la souche flavolapis de Fusarium, dans les sources chaudes volcaniques du parc national de Yellowstone. Il a dirigé une équipe de R&D qui a formulé le microbe pour en faire ce que la société appelle Fy, la source fermentée polyvalente et riche en protéines des produits Nature’s Fynd.

Avec GQ.

Plus d'articles
Togo / Agriculture : l’ANSAT ouvre les opérations de vente des produits céréaliers