France : Le fils caché de Nicolas Sarkozy

Plus de (8) ans après avoir quitté l‘Élysée, l’ex-chef d’Etat français Nicolas Sarkozy semble toujours avoir la cote du côté du Palais présidentiel. Sa complicité avec le président Macron, qui s’est renforcée au cours du premier confinement, lui aurait même permis d’accentuer son influence.

Un rapprochement que ne voient pas d’un bon œil des élus, note Gala. Ainsi, alors qu’approche l’élection présidentielle de 2022, “la méfiance est désormais de rigueur”, constate L’Obs.

Officiellement, Sarkozy apparaît comme le DRH de Macron, ironise David Habib, député PS des Pyrénées-Atlantiques et vice-président de l’Assemblée nationale, auprès de nos confrères.

“On pourrait penser qu’il y a une cinquième colonne sarkozyste au gouvernement. Jean Castex à Matignon ; Gérald Darmanin à l’Intérieur ; Roselyne Bachelot à la Culture ; Camille Pascal, ancienne plume de Sarkozy, à Matignon… et qu’au fond, c’est un peu lui qui gouverne. Certains utilisent même l’expression de ‘fils caché de Sarkozy’ pour désigner Macron. Dans les faits, c’est bien sûr, plus compliqué.”

Nicolas Sarkozy, plus sévère en privé

En effet, depuis la rentrée, Nicolas Sarkozy se montre plus sévère en privé sur la gestion de la crise sanitaire par Emmanuel Macron.

“Macron ? Il t’appelle en croyant que tu es important, mais, au fond, il s’en fout. Tu as beau lui proposer des trucs, il ne t’écoute pas”, se serait ému l’ex-chef de l’Etat auprès d’un visiteur, selon Le Parisien.

Reste que, comme l’analyse Le Monde, nombres de représentants sont persuadés que l’ancien président de la République choisira de soutenir en dernier ressort l’actuel locataire de l’Elysée plutôt qu’un candidat issu de la droite. Preuve en est avec François Baroin. L’homme providentiel des Républicains aurait préféré renoncer à la course… voyant les doutes de Nicolas Sarkozy sur sa candidature.

Plus d'articles
Protection de la couche d’ozone, la lutte doit se poursuivre