Une femme est devenue présidente de la République en Grèce, une première dans l’histoire de ce pays qui n’a connu que des hommes présidents. Le nom d’Ekaterini Sakellaropolou, 63 ans, a, en effet, été soumis au vote des députés grecs, ce mercredi 22 janvier. La candidate a été élue dès le premier tour du scrutin, avec un suffrage de 261 voix sur 300.


Un homme arrêté après s’être déguisé en hijab pour avoir des relations s3xuelles avec une femme mariée dans la maison de son mari (photos)

La Magistrate Ekaterini Sakellaropoulou est présentée comme la candidate de l’unité et du progrès par le chef du gouvernement conservateur, qui l’a habilement choisie à ce poste, car elle transcende les divisions partisanes traditionnelles. Avec plus des 200 suffrages requis par la Constitution hellénique, elle a été élue pour un mandat de cinq ans renouvelable.

Diplômée de droit constitutionnel et de droit de l’environnement à Athènes et à Paris-Sorbonne, cette juge et fille de juge de la Cour suprême grecque a défendu les droits des réfugiés, des minorités et les libertés civiles. Sans appartenance politique, féministe, divorcée et mère d’un enfant, elle a su rassembler et se distinguer, notamment dans des dossiers de protection de l’environnement.

Ghana / Affaire de coup d’Etat : l’officier Benjamin Agordzo libéré

Cette nomination historique fait tache d’huile dans une Nation ou les femmes dans la sphère gouvernementale sont minoritaires avec seulement deux représentantes dans le nouveau gouvernement conservateur. Dans un pays où le rôle de la femme, est extrêmement réduit, la nomination d’Ekaterini Sakellaropoulou est un signal fort pour l’émancipation de la femme.