in

Il détourne plus de 200 millions de FCFA en créant de fausses sociétés

Afin de profiter du dispositif de chômage partiel mis en œuvre par le gouvernement pour aider les entreprises impactées par la crise sanitaire, un homme de 35 ans, habitant à Viarmes, dans le Val-d’Oise en France a créé plusieurs entreprises et comptes en banque. 

Des mouvements de fonds suspects avaient attiré l’attention du service du ministère de l’Économie et des Finances, chargé de la lutte contre la fraude fiscale, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme conduisant à une enquête menée par la brigade financière de la police judiciaire de Cergy. 

Il s’est avéré que l’homme a fait de multiples demandes de chômage partiel pour des entreprises de conseil fictives et l’argent était versé sur des comptes bancaires ouverts au nom de complices : les salariés étaient tous faux comme les numéros de Siret des sociétés. L’urgence de la situation lui a permis de duper les services de l’État et de détourner de l’argent : au moins 436.000 euros, soit plus de 200 millions de FCFA, rapporte Capital.

Le pot-aux-roses découvert, l’individu a été interpellé, deux complices ont été placés en détention et sa compagne, suspectée d’être impliquée dans cette fraude, sous contrôle judiciaire. Environ 250.000 euros ont pu être récupérés, le reste aurait déjà été transféré à l’étranger. 



Selon Le Parisien, l’homme n’en est pas à son coup d’essai. Déjà condamné en 2014 pour exercice illégal de la profession d’infirmier, il serait poursuivi pour avoir exercé en tant que psychiatre à l’hôpital d’Évreux (Eure) pendant 14 mois avec un faux diplôme roumain. 




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Emmanuel Macron se confie sur ses projets d’avenir

CR7, Excel, Lucifer… Ces 16 prénoms refusés par l’Officier d’état civil français