Il échappe de près à la prison à cause des billets de Monopoly « trop vrais »

Sa passion pour le jeu de société a failli lui coûter sa liberté ; il échappe à la prison, de très peu.

Jamais cet habitant du Pas-de-Calais n’aurait imaginé que son jeu de société favori puisse l’emmener devant la justice. Son erreur : avoir commandé des billets de Monopoly sur Internet, jugés un peu trop vrais aux yeux des policiers.

Tout commence l’été dernier, lorsque l’homme, âgé de 28 ans et passionné de Monopoly, a décidé de commander de nouveaux billets sur Internet, afin de remplacer les siens qui étaient abîmés. Jusque-là rien à signaler. Toutefois, le 6 août dernier, les douaniers contrôlent un colis au bureau de poste de Saint-Martin-Boulogne (62), qui contient une cinquantaine de faux billets de 50 euros et une centaine de faux billets de 20 euros, raconte La semaine dans le Boulonnais.

Jugeant ses copies un peu trop bien réussies, les douaniers ont alors immédiatement alerté le procureur de la République. Les policiers se chargent alors de l’enquête et se rendent le jour même chez le mis en cause. Ce dernier explique alors aux agents de force de l’ordre qu’il y a mépris, et que ces billets sont à destination de son jeu de Monopoly. L’homme indique aux policiers que ses billets étant abîmés, il a pris la décision d’en commander des nouveaux sur le site internet de Wish.

Des billets en vente libre sur Internet

Au tribunal, le nordiste s’est dit stupéfait de ces poursuites judiciaires, rapporte le quotidien local. « C’est en vente libre sur Internet, je suis de bonne foi. Le mot ‘copy’ était inscrit sur les billets qui n’avaient pas de filigrane. De plus, ils sont de très mauvaise facture et il me semble impossible de les confondre avec les vrais », s’est défendu le mis en cause lors de son passage à la barre.

Son avocate a également assuré que son client ne fabriquait pas de fausse monnaie et qu’il n’avait pas pour intention d’acheter quoi que ce soit avec cette monnaie factice. L’homme a finalement été relaxé.

Avec RTL

Plus d'articles
Fermeture des frontières nigérianes : les entreprises en colère contre Buhari