Il rentre chez lui avec un cadavre dans sa valise

Les faits sont sordides. Mais l’accusé n’est pas le monstre que d’aucuns auraient imaginé. L’homme de 30 ans qui est apparu lundi 31 août 2020 devant les juges du Tribunal de la Sarine (Suisse) ressemblait en réalité à un grand gamin.

 

D’emblée, il a manifesté des regrets et, durant toute la journée, il est demeuré tête baissée, essuyant de temps à autre des larmes, notamment lorsque son père adoptif a évoqué l’impact qu’a eu l’affaire sur la famille. Des amis proches ont aussi témoigné, pour expliquer que, plus jeune, c’était un gentil garçon, promis à un grand avenir de footballeur, mais qui a dérapé à cause des drogues.

 

Mercato / Barcelone : un contrat astronomique attendrait Lionel Messi

Il n’a d’ailleurs pas nié avoir tué une prostituée de 50 ans, le 14 janvier 2017. «On s’est disputés et j’ai voulu partir, en emportant l’ordi que j’avais promis de laisser, puisque je n’avais pas de quoi payer. Mais, en le rangeant dans mon sac, j’ai vu mon couteau à désosser. Je l’ai saisi et je l’ai poignardée. Je ne sais pas pourquoi», explique l’accusé, qui se trouvait sous l’emprise de stupéfiants. Il dit ne pas se souvenir des 19 autres coups qui ont suivi.

 

Il se souvient en revanche avoir «nettoyé la scène du crime», avant de mettre le cadavre dans une valise trouvée chez la victime et de la ramener chez lui. Dénoncé par une amie à qui il avait demandé de l’aide, il a été arrêté le soir suivant.

Brésil : un cadavre recouvert de parapluies dans un supermarché resté ouvert (photo)

 

La défense a souligné qu’il entretenait une relation particulière avec les prostituées, qu’il préfère matures, parce qu’il suspecte que sa mère biologique serait elle aussi une prostituée.