« Ils m’ont demandé d’apporter du sang », une tueuse de bébé passe aux aveux

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Une baby-sitter de 15 ans, Chiamaka Odo, accusée d’avoir tué un bébé de 6 mois, a déclaré qu’un cercle de sorcellerie lui avait demandé d’apporter du sang.

L’adolescente aurait étranglé le bébé, Jayden Osokolo, le 5 février dernier, un mois à peine après avoir débuté son travail de nounou à Lagos.

Racontant les circonstances de la mort du nouveau-né aux journalistes lundi, Odo a déclaré qu’on lui avait demandé, lors de leur réunion, d’appeler le nom du bébé quatre fois, après quoi le bain qu’ils lui faisaient prendre s’est rempli de sang.

Odo a dit qu’elle a été initiée au couvent par une camarade de classe et qu’elle n’a pas pu le quitter depuis.

« J’étais à l’école primaire, une de mes amies, Ameri, m’a donné un biscuit et des bonbons pendant la pause déjeuner. Après avoir mangé le biscuit, dans la nuit, je me suis retrouvée dans un endroit où ils m’ont accueillie », a-t-elle déclaré.

« Quand je suis arrivée à Lagos, ils ont dit que je devais apporter du sang, mais j’ai refusé. Nous nous sommes rencontrés et je leur ai dit de m’envoyer faire autre chose et ils m’ont demandé ce que je voulais. Je leur ai dit que je ne voulais pas verser de sang, mais que je pouvais faire n’importe quoi d’autre », a-t-elle ajouté.

« Ils m’ont demandé ce que j’allais faire à Lagos et je leur ai dit que j’allais travailler comme nounou. Alors, dans la nuit du 5 mars, ils m’ont demandé d’amener le bébé dont je m’occupais, j’ai dit que je n’amènerai pas le bébé et ils ont dit qu’ils m’étrangleraient si je n’amenais pas le bébé ».

« C’est ce qui s’est passé. Ils viennent dans mes rêves quand je dors. Je me retrouve à Ogoloma, à Agulu, dans l’État d’Anambra. Je suis la dernière du groupe de sorcellerie. Je ne fais rien et je ne mange rien. »

« Je suis arrivée dans la maison le 7 janvier. C’est mon oncle qui m’a amené et ils ont dit qu’ils allaient payer 15 000 nairas, mais ils n’ont pas payé. Je voulais quitter la secte, mais je ne sais pas comment faire. Si je veux aller à l’église le dimanche, je ne pourrai plus marcher. Ils me fatigueront jusqu’à la fermeture de l’église », a conclu Odo.

Avec Thenation.