in ,

Inde : le pays bannit Alibaba et 43 nouvelles applications chinoises

En juin dernier, l’Inde annonçait le boycott de 60 applications développées par des sociétés chinoises. Parmi ce lot d’applications, on retrouve inévitablement TikTok et WeChat, deux applications qui sont également passées proche de la disparition aux États-Unis, rapporte Presse-citron.

Si le marché occidental dominé par les États-Unis est important pour les entreprises chinoises, l’Inde reste le marché le plus important. Les smartphones et services chinois y sont omniprésents, bien que de moins en moins. En juin, le gouvernement indien déclarait : « Le Computer Emergency Response Team (CERT-IN) a reçu de nombreuses protestations de citoyens concernant la sécurité des données et la violation de la vie privée ayant un impact sur les questions d’ordre public ».

Après avoir banni le jeu mobile PUBG développé entre autres par Tencent, l’Inde vient d’annoncer une nouvelle liste de 43 applications qui sont dès à présent bannies sur son territoire. Le ministère de l’Électronique et des Technologies de l’information vient de publier un communiqué dans lequel il justifie cette décision en citant l’article 69A de la loi sur les technologies de l’information. On peut lire dans ce communiqué que les applications citées sont « engagées dans des activités préjudiciables à la souveraineté et à l’intégrité de l’Inde, à la défense de l’Inde, à la sécurité de l’État et à l’ordre public. »

Cette nouvelle vague de suspension marque un véritable tournant dans les relations sino-indiennes. Désormais, le géant du commerce en ligne Alibaba est directement impacté. Son application ne sera plus disponible en Inde, ni AliExpress, et autres services développés par la société.




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

« La France est le paradis des violeurs et personne ne semble s’en inquiéter », dixit une psychiatre

Ninho : le meilleur rappeur français de l’histoire ? Booba réagit, Rohff lui répond !