in

Islande : l’ex-président Gudni Johannesson réélu avec plus de 92 % des voix

L’Islande a réélu pour quatre ans son ancien dirigeant comme un seul homme samedi 27 juin. Favori du peuple, Gudni Johannesson a largement battu son adversaire avec plus de 92 % des suffrages, selon les résultats définitifs de l’élection présidentielle publiés dimanche.

L’Iran veut lancer un mandat d’arrêt contre Trump pour la mort du général Soleimani

Ancien professeur d’histoire à l’université, le président islandais a récolté 92,2 % des 168 821 voix exprimées au suffrage universel à tour unique de ce scrutin contre 7,8 % pour son adversaire de droite populiste, Gudmundur Franklin Jonsson. Selon Metrotime, cette tendance écrasante a été uniforme à Reykjavik, la capitale, et dans toutes les régions d’Islande. 

Cependant, la participation est en baisse, à 66,9 %, contre 75,7 % en 2016 lors de la première élection de M. Johannesson, et 69,3 % en 2012. Les sondages, avaient prévu cette victoire quasi-dictatoriale du président sortant avec 90 à 94 % des intentions de vote. Il s’agit du deuxième score le plus élevé à une élection présidentielle en Islande.

Emmanuel Macron : un sosie du président repéré sur une vieille photo avec Jean-Paul II (photo)

Dans une interview à l’AFP samedi soir, le chef de l’Etat islandais a annoncé son intention de garder le cap.

« Pour moi, le résultat de cette élection est la preuve que mes concitoyens ont approuvé ma conception de cette charge. Et m’ont donné un mandat pour continuer à exercer mon rôle de la même façon que ces quatre dernières années », a-t-il commenté, se disant « honoré et fier ».

Reconnaissant sa défaite, M. Jonsson a adressé ses « félicitations à Gudni et sa famille ». 

Elon Musk assure que Tesla n’est plus subventionnée par les autorités américaines

Le rôle du chef de l’Etat est essentiellement protocolaire dans le régime parlementaire de l’île nordique. Le seul véritable pouvoir qui revient et qui est important est le droit constitutionnel de bloquer la promulgation d’une loi et de la soumettre à référendum. 

Le mandat du président étant renouvelable sans limitation, le prédécesseur de M. Johannesson, le conservateur Olafur Grimmson, avait ainsi fait cinq mandats (1996-2016).

Dans l’histoire électorale mondiale, l’île volcanique de 365 000 habitants se distingue pour avoir été le premier pays à élire une femme présidente, en 1980, en la personne de Vigdis Finnbogadottir, en poste de 1980 à 1996. Selon le média, elle détient le record de l’élection la plus large, avec 94,6 % en 1988.



Covid-19 au Bénin : 3 nouveaux décès en 24 heures

Togo / Entrepreneuriat : la 3e conférence internationale s’ouvre ce lundi 29 juin