in

Kenya : la police enquête sur la mort d’un enfant tué durant le couvre-feu

Éléments de la police Nigériane

Des habitants du bidonville de Mathare ont affirmé mardi à l’AFP que l’incident avait eu lieu lundi peu avant le début du couvre-feu à 19 h locales (16 heures GMT), alors que la police cherchait à faire rentrer les gens dans leur maison.

Le père de la victime, Hussein Moyo, a déclaré à l’AFP que son épouse et son fils Yasin étaient sur leur balcon pour regarder ce qui se passait quand l’enfant a reçu une balle qui “a déchiré ses intestins”.

Coronavirus : cette vidéo en l’honneur des personnels soignants qui émeut Jürgen Klopp

“Cette opération était mal planifiée”, a-t-il estimé. “La police arrive en criant et en voyant ça les gens prennent peur et courent partout. (les policiers) battent les gens, les volent et lancent des gaz lacrymogènes dans nos maisons”, a ajouté M. Moyo, qui assistait aux funérailles de son fils, en présence de centaines de personnes.

“Le jour, on combat le coronavirus et la nuit, on doit s’occuper des balles (de la police)”, a-t-il regretté.

Courbatures, vertiges et ennui : des patients guéris du coronavirus racontent leur quarantaine

Notons que les forces de police kényanes sont régulièrement accusées par les organisations de défense des droits de l’homme de brutalités et de se livrer à des exécutions extrajudiciaires, en particulier dans les quartiers déshérités.

Jordyn Woods conseille à ses fans de faire du sport pendant le confinement

Côte d’Ivoire : après le décès de sa femme, le général Makosso Camille brise le silence