La Californie compte dédommager les descendants d’esclaves

Une première aux États-Unis, théâtre depuis plusieurs mois de protestations massives contre le racisme. Le gouverneur californien Gavin Newsom a apposé sa signature sur un texte de loi visant à étudier et élaborer des propositions de dédommagements potentiels pour les descendants de personnes réduites à l’esclavage et celles touchées par celui-ci, informe le Los Angeles Times. 

La Californie devient ainsi le premier État à proposer une telle mesure. L’élu espère que cette nouvelle loi deviendra « un paradigme» et «trouvera un écho partout aux États-Unis ». Le même jour, il a également signé une loi qui oblige les entreprises à avoir un minimum de membres du conseil d’administration issus de «communautés sous-représentées», selon des critères de race, sexe, sexualité et autres catégories. 

Après une année fortement marquée par des protestations nationales contre l’injustice raciale, «l’État commence à affronter son histoire raciste et les disparités systémiques qui persistent aujourd’hui», se réjouit le quotidien américain. «La Californie a réglé bon nombre de ses problèmes, mais elle n’a pas encore réglé son rôle dans l’esclavage», a commenté l’auteure de cette loi, la parlementaire Shirley Weber. 

Un groupe de travail, qui comprend neuf membres nommés par le gouverneur et les responsables législatifs, sera chargé de recommander des solutions appropriées à la législature de l’État et de déterminer les personnes qui pourront bénéficier d’une indemnisation. Il étudiera notamment la manière dont l’esclavage a profité à des institutions privées et publiques et a conduit à des disparités durables en matière de richesse, éducation, santé, emploi, mais aussi d’emprisonnement, détaille le journal.  

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Nathalie Koah : un artiste ivoirien envoûté et sous le charme de l’ex de Samuel Eto’o (photo)