>

La Corée du Sud lance des missiles en réponse aux provocations du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

L’armée sud-coréenne a testé des missiles depuis des plates-formes terrestres, maritimes et aériennes en réponse à un test apparent d’un missile balistique intercontinental par la Corée du Nord, a rapporté ce jeudi 24 mars l’agence de presse Yonhap.

Le test conjoint impliquait un missile sol-sol Hyunmoo-II de fabrication nationale, un missile sol-sol MGM-140 ATACMS de fabrication américaine, un missile de croisière lancé par navire Haeseong-II et deux avions équipés de JDAM ont lancé des munitions à guidage de précision, a indiqué l’agence, citant les chefs d’état-major interarmées (JCS).

Les lancements visaient à confirmer la présence de Séoul, « sa capacité et sa volonté de frapper » des sites de lancement de missiles nord-coréens et des installations de commandement et de contrôle, a indiqué le JCS dans un communiqué.

« Notre armée a renforcé la surveillance et la vigilance en vue de lancements supplémentaires par l’armée nord-coréenne », indique le communiqué, ajoutant que la Corée du Sud coopérait avec les États-Unis sur la question.

Le test nord-coréen plus tôt dans la journée impliquait un projectile non identifié. Selon le Japon, il a atterri dans les eaux territoriales du pays, au large des côtes du nord de la préfecture d’Aomori.

Le missile pourrait être le Hwasong-17, le plus gros ICBM de l’arsenal nord-coréen. Le président sud-coréen sortant Moon Jae-in a condamné le test, affirmant qu’il violait le moratoire annoncé par Pyongyang en 2017.