in ,

La folle histoire de cet espion qui s’appelait vraiment James Bond

Un agent secret britannique nommé James Bond a été envoyé derrière le rideau de fer, 2 ans après la sortie du premier film avec l’agent 007, selon les archives récemment publiées de l’Institut polonais de la mémoire nationale, IPN.

Selon l’AFP, James Albert Bond est arrivé à Varsovie le 18 février 1964 et occupait officiellement un poste d’archiviste à l’ambassade britannique, indiquent des documents du service de contre-espionnage communiste.

D’après les services communistes, Bond, né en 1928, ressemblait peu à son homologue fictif éponyme, surtout connu pour son penchant pour la vodka-martini et les femmes.

Cet acteur est considéré comme le meilleur James Bond de tous les temps

Les agents polonais ont noté que James Bond était bien “intéressé par les femmes”, mais était “très prudent” et n’a pris aucun contact avec les citoyens polonais, précisent les documents publiés sur Facebook cette semaine. Selon l’IPN, il était “un agent de bas niveau avec un nom très médiatisé”, les agents communistes connaissaient eux aussi le héros fictif.

Les archives indiquent aussi que James Bond avait tenté de se rendre, en octobre et novembre 1964, dans des “installations militaires” à Bialystok et Olsztyn, dans l’est de la Pologne, près de la frontière de l’époque avec l’Union soviétique.

Angleterre : Scotland Yard à la recherche des voleurs des armes de James Bond

Apparemment sans succès retentissant, le vrai James Bond a quitté la Pologne le 21 janvier 1965.

L’écrivain Ian Fleming, auteur de la série, et lui-même un ancien agent britannique, a toujours indiqué que son héros devait son nom à l’ornithologue américain James Bond, dont il possédait un livre sur les oiseaux des Caraïbes.




Fibre Nouveaux Quartiers


Ad Canal Box

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Le saviez-vous ? Melania Trump a d’abord refusé les avances de son mari

Le premier homme guéri du VIH est atteint d’une forme grave de cancer

Le premier homme guéri du VIH est atteint d’une forme grave de cancer