L’avocate du rappeur MHD va plaider mardi 7 juillet sa remise en liberté

Depuis un an et demi, Mohamed Sylla, rappeur de 25 ans connu sous le nom de MHD, est incarcéré. Il est accusé du meurtre de Loïc Kamtchouang, 23 ans, poignardé à 22 reprises, après avoir été projeté au sol par une Mercedes, dans la nuit du 5 au 6 juillet 2018. Depuis sa mise en examen en janvier 2019, MHD clame son innocence depuis la cellule de la prison de la Santé où il est incarcéré dans l’attente de son procès.

Mardi 7 juillet, aura lieu devant le juge des libertés et de la détention le débat contradictoire qui fixera la prolongation ou non de sa détention provisoire, comme c’est de droit au bout de 18 mois derrière les barreaux. Pour demander la libération de son client, Elise Arfi l’avocate de MHD compte reprendre les arguments de l’ordonnance émise par la juge d’instruction en plein confinement, alors que MHD présentait tous les symptômes du Covid : « Dans ce dossier, les investigations sont quasi-terminées. Il manque les confrontations, qui ne seraient en rien empêchées par la liberté ».

Un homme condamné pour avoir grièvement brûlé un bébé en allumant un barbecue

Dans une interview accordée au JDD, Elise Arfi a indiqué « il n’y a toujours pas de preuve tangible de la présence de mon client sur les lieux”. Sur les bandes de vidéosurveillance, plusieurs éléments permettaient a priori d’identifier la star. Une couleur de cheveux propre à l’artiste et une tenue Puma que, assurent les enquêteurs à l’entame de la procédure, seuls les ambassadeurs de la marque s’étaient vu offrir. Devant la juge, Mohamed Sylla raconte qu’ils sont “vingt dans la cité” à avoir cette coupe à la mode.

Quant à la combinaison blanche, Puma a depuis assuré que le modèle “Rebel Hobby” avait été commercialisé en décembre 2017. Tout le monde pouvait se la procurer. D’ailleurs, trois témoins racontent avoir aperçu MHD vêtu d’un jean et d’un T-shirt blanc le jour du drame. Comme une certaine Sandra, qui dit avoir passé la seconde partie de la nuit avec le rappeur dans son studio d’enregistrement du XIXe.

Similaires