Le couple qui voulait donner le nom de Lucifer à leur fils a obtenu gain de cause

Nommer un enfant Lucifer, c’est le projet audacieux d’un couple néo-zélandais de Chesterfield, dans le Derbyshire, qui a remporté la bataille engagée après qu’une officière d’état civil ait tenté de les empêcher de choisir ce surnom du diable pour leur bébé de 4 mois.

Meghan Markle et Harry : les Sussex n’ont-ils pas les moyens de leurs ambitions ?

Après le refus de l’agent, le père du bébé, Dan, qui est entrepreneur, avait déposé une plainte sur la façon dont sa femme et lui avaient été traités après s’être rendus au bureau de l’état civil.

« Nous étions vraiment excités d’aller le faire enregistrer, mais la femme nous a regardés avec un dégoût total. Elle nous a dit qu’il ne pourrait jamais trouver de travail et que les professeurs ne voudraient pas lui enseigner. J’ai essayé de lui expliquer que nous ne sommes pas des gens religieux, et Lucifer en grec signifie porteur de lumière et “lumière du matin”, mais elle n’a pas voulu écouter », a expliqué le père.

Cette nouvelle montre de Mbappé rend fou Griezmann et les joueurs du PSG

« Elle nous a même dit qu’il était illégal de nommer un enfant comme cela en Nouvelle-Zélande et que nous pourrions peut-être le nommer autrement, mais l’appeler Lucifer à la maison », ajoute-t-il.

Face à l’insistance du couple, il leur a été intimé l’ordre de quitter le bureau d’état civil alors que la fonctionnaire procédait aux vérifications pour savoir si elle était autorisée à enregistrer le garçon avec ce titre satanique.

 « Nous avons été stupéfaits par son comportement. Néanmoins, elle a fini par le faire, mais elle était visiblement en colère pour ce choix. Honnêtement, nous avons juste pensé que c’était un joli nom… un nom unique. Nous ne nous attendions pas à en avoir autant de chagrin ».

Emmanuel Macron félicite les nouveaux bacheliers sur TikTok

 La Nouvelle-Zélande, qui a des restrictions plus strictes sur les noms des enfants, a inscrit Lucifer sur une liste de noms interdits publiée en 2013, avec “Christ” et des titres royaux comme “Roi”, “Prince” et “Princesse”. Un porte-parole du conseil du comté du Derbyshire a révélé que l’officière d’état civil avait fait ce qu’il fallait en exprimant ses inquiétudes quant au choix.

 Le porte-parole a déclaré : « Notre officière d’état civil a estimé qu’il était de son devoir de s’assurer que le couple était conscient que le nom Lucifer avait des connotations négatives et que leur fils pourrait rencontrer des problèmes avec le nom tout au long de sa vie en raison de ses significations. L’officière d’état civil a contacté le bureau du registre général pour obtenir des conseils supplémentaires, et un fonctionnaire du bureau du registre général a reconnu qu’elle avait agi correctement en conseillant les parents “en gardant à l’esprit l’intérêt supérieur de l’enfant” ».

Côte d’Ivoire / FIF : gros retournement de situation ; Drogba « bel et bien candidat »

« Malgré les conseils, le couple a dit qu’il souhaitait toujours procéder et nommer son fils Lucifer, et l’officier d’état civil a poursuivi l’enregistrement. Nous nous excusons s’ils ont été offensés mais c’est le travail de nos officiers d’état civil de les conseiller dans ces questions car parfois les gens ne sont pas conscients de certaines significations autour de certains noms », ajoute-t-il.

Golden Tulip Ad

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Brenda Biya choque la Toile : l’unique fille du président Paul Biya dans de sales draps (photo)